/news/currentevents

Saint-Valentin

Violente collision mortelle en Montérégie

Axel Marchand-Lamothe

 - Agence QMI

Une femme a perdu la vie et une petite famille a frôlé la mort dans une violente collision frontale samedi soir à Saint-Valentin, en Montérégie. Les circonstances n’ont toujours pas été éclaircies.

La conductrice décédée, Christiane Perras, 51 ans, de Lacolle, circulait en direction est sur le chemin de la 3e Ligne tandis qu’une camionnette arrivait en sens inverse.

Seule à bord de son véhicule, elle s’est retrouvée à contresens et le conducteur du pick-up n’a pu éviter l’impact.

«Elle revenait de chez une amie, relate Vicky Dumouchel, la belle-fille de Mme Perras. Peut-être s’est-elle endormie ?»

L’accident s’est produit à haute vitesse vers 20 h dans une ligne droite où la vitesse maximale permise est de 80 km/h.

Selon sa fille, Mario Dumouchel était toujours ébranlé au lendemain du décès de sa conjointe, qu’il décrit comme adorant ses petits-enfants.

Un couple et ses deux enfants de 3 et 5 ans, qui prenaient place dans le camion, ont été gravement blessés. Ils étaient à 10 minutes du retour à la maison lorsque le drame est survenu.

Hors de danger

La passagère, Mélina Bolduc, a été opérée dans l’après-midi dimanche et son état était jugé stable en fin de journée.

«On ne sait pas encore si elle gardera des séquelles», confie sa sœur Myriam.

C’est de son côté que la voiture a percuté le plus fort la camionnette.

Son conjoint Ricky Boucher était convaincu qu’elle était décédée.

«Il a le cœur gros en “crime” aujourd’hui», ajoute Myriam Bolduc.

Il était toujours au chevet de son garçon et de sa fille, qui souffrent tous deux de multiples fractures. Les pinces de désincarcération ont d’ailleurs été nécessaires pour les libérer de la carcasse.

«Il a toujours des images en tête. Ça n’arrête pas. C’est atroce», poursuit-elle.

La Sûreté du Québec envisageait différentes hypothèses pour expliquer l’accident, mais ne pouvait tirer de conclusion définitive.

Ils analyseront des éléments comme l’absence de traces de freinage de la voiture, la chaussée sèche et la vitesse à laquelle la collision est survenue.

Des analyses toxicologiques sur la conductrice décédée seront également effectuées par le coroner.

Dans la même catégorie