/finance/homepage

Des vols pas chers, mais à quel prix?

Allegiant Air : un nombre «alarmant» d'incidents mécaniques répertoriés

TVA Nouvelles

Le transporteur américain Allegiant Air, qui opère plusieurs vols à très bas prix depuis l’aéroport de Plattsburgh, se retrouve sur la sellette après un reportage accablant qui remet en doute la sécurité de sa flotte.

Allegiant Air est une petite compagnie d’aviation «ultra-low-cost» parmi les plus rentables du marché. Si vous n’avez jamais entendu parler d’elle, rien de plus normal puisque la compagnie n’opère qu’aux États-Unis. Cela dit, de nombreux Québécois ont déjà profité de leurs vols à très bas prix vers différentes destinations floridiennes comme Fort Lauderdale, Orlando ou Tampa en se rendant à l’aéroport de Plattsburgh.

Or, des documents publics font état d’un nombre alarmant de décollages avortés, de perte de pression en cabine, de descentes d’urgence et d’atterrissages non prévus, révèle une enquête de la chaîne de télévision américaine CBS. Pourtant, ces difficultés sont méconnues de ses clients et du grand public.

Pour John Goglia, un expert de l’industrie de l’aviation souvent appelé à témoigner en cour dans des cas de sécurité aérienne, la situation est alarmante.

«Ces chiffres sont très, très élevés pour un transporteur de cette ampleur. Je déteste faire des comparaisons, mais nous avons vu ce genre de statistiques chez des transporteurs qui n’existent plus et qui ont causé la mort de plusieurs passagers», indique-t-il.

M. Goglia va même jusqu’à recommander d’éviter d’utiliser les services d’Allegiant Air.

La compagnie a transporté 12 millions de passagers l’année dernière sur sa flotte de 99 avions à travers les États-Unis. En 2015, Allegiant a enregistré un nombre inquiétant de problèmes en vol, incluant une journée de cinq incidents répertoriés.

Une importante partie de ses problèmes provient de la flotte elle-même, l’une des plus âgée et usée de tout le marché. Actuellement, près de 30 % de ses avions sont considérés comme «antiques», des modèles McDonnell-Douglas MD-80s dont la production a cessé en 1999. La plupart d’entre eux ont été acquis usagés chez d’autres transporteurs aériens.

À titre d’exemple, Allegiant a dû annuler ou repousser 11 vols en partance de Las Vegas au cours d’une même fin de semaine en juillet dernier, tous en raison de problèmes mécaniques.

«C’est un drapeau rouge, affirme M. Goglia. Quelque chose ne fonctionne pas.»

La compagnie a réagi à l’enquête, dimanche, en affirmant qu’«Allegiant était fière de sa fiche en matière de sécurité».

«La sécurité est une priorité et se trouve au cœur de nos opérations», peut-on lire dans le communiqué.

Plusieurs experts doutent toutefois de cette affirmation. John Goglia estime que le modèle d’affaires agressif de la compagnie, combiné à l’absence d’une culture de la sécurité, contribue à mettre la vie des passagers en danger.

Allegiant Air vient de connaître 60 trimestres consécutifs dans le vert grâce à son modèle d’affaires qui nécessite de garder les coûts au plus bas en maximisant l’utilisation de sa flotte. Or celle-ci est usée et nécessite plus d’entretien que d’autres avions.

Autre fait troublant : le président de l’entreprise Maurice Gallagher était aussi l’un des fondateurs de la défunte compagnie Valujet, un autre transporteur «ultra-low-cost» opérant selon le même modèle d’affaires agressif qu’Allegiant. Valujet ne s’est jamais remis de l’écrasement d’un de ses avions dans les Everglades en mai 1996.

Depuis le début de l’enquête de CBS, le nombre d’incidents répertoriés aux autorités américaines a diminué et dix des modèles McDonnell-Douglas MD-80s ont été remplacés par de nouveaux avions d’Airbus.

N’empêche, aucun des experts questionnés par CBS, dont M. Goglia, ne prendrait le risque de mettre les pieds dans un avion d’Allegiant Air.

Dans la même catégorie