/news/society

Surdose mortelle de médicaments

Décès de 2 patients au CHU Sainte-Justine: le centre hospitalier agit

TVA Nouvelles

Le Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine soutient avoir agi «sans aucun délai» à la suite du décès de deux patients en lien avec l’administration d’un médicament.

Kaylynn Mianscum-Kelly, âgée d’à peine trois mois, est décédée à Sainte-Justine le 18 novembre 2016, après qu’une infirmière eut mis trop de potassium dans le soluté donné à la petite.

Quelques semaines plus tard, Ghali Chorfi, 23 mois, est mort le 10 décembre à la suite d’une surdose de médicament, selon le rapport du coroner.

Une infirmière aurait donné par inadvertance une injection de potassium au lieu de la solution saline prévue pour rincer une veine.

«Les équipes du CHU Sainte-Justine ont été proactives dans l'amélioration de leurs processus en matière d'administration de médicaments», a indiqué le CHU Sainte-Justine dans un communiqué.

Le centre hospitalier a assuré que tout le circuit avait été revu, de la prescription du médicament à son administration au patient.

À la lecture des rapports du coroner Jacques Ramsay sur chacun des décès, le CHU Sainte-Justine a constaté que les améliorations adoptées étaient «en cohérence avec les recommandations du coroner».

Afin d’analyser, revoir et mettre en pratique de nouvelles recommandations, le centre hospitalier a mis en place un comité, piloté par la Direction qualité performance.

«Ces décès sont tragiques pour les parents de ces enfants, et la communauté du CHU Sainte-Justine est de tout cœur avec ces familles», a ajouté l’établissement qui assure traiter de façon prioritaire la gestion sécuritaire des médicaments.

De plus, pour éviter que d’autres drames du genre surviennent dans d’autres établissements de santé du Québec, une visioconférence intitulée «La sécurité du circuit des médicaments revue au CHU Sainte-Justine» a été présentée à l’ensemble du réseau de la santé en mars dernier.

Le CHU Sainte-Justine compte 5457 employés, dont 1532 infirmiers et infirmières auxiliaires, 1 000 professionnels en soins et 520 médecins.

Dans la même catégorie