/news/society

Enseignement

Le numérique vient en aide aux élèves en difficulté

Jean Houle | TVA Nouvelles

L'utilisation du numérique en classe devrait être de plus en plus répandue auprès des élèves en difficultés d'apprentissage.

Quelque 300 professionnels de l'enseignement de même que des étudiants de la discipline participent à un colloque sur l'utilisation du numérique en classe, lundi à Saguenay. Ce colloque est organisé par les étudiants au baccalauréat en adaptation scolaire et sociale.

Le nombre d'élèves en difficultés d'apprentissage est en hausse, depuis que les critères de diagnostic ont été modifiés.

Maintenir l'intérêt et permettre le développement académique de cette clientèle devient plus facile avec l'utilisation du numérique en classe, selon ce qui est ressorti pendant le colloque.

«Si un élève ne vit pas le stress de remémorer la forme d'une lettre avant de la reproduire sur papier, son esprit est disponible pour d'autres apprentissages», explique Marie-Pierre Baron, professeure à l'UQAC et co-organisatrice du colloque.

Parmi les 300 participants au colloque, de nombreux professionnels des commissions scolaires de la région. Pour eux, voilà l'occasion de mettre leur niveau de connaissance à jour. Déjà, ils ont constaté que le numérique favorise le développement des jeunes en difficultés d'apprentissage.

«Parfois, ils ont du mal à reproduire sur papier le son qu'ils entendent», note Ann Larouche, qui oeuvre comme soutien à la pédagogie et à l'encadrement à l'école primaire Saint-Luc, de Jonquière. «Le numérique devient alors une porte d'entrée pour eux.»

«Au niveau académique, c'est vraiment gagnant», renchérit de son côté Jean-Luc Turcotte, de la Commission scolaire Lac St-Jean.

Logiciel pour la géométrie

Pour sa part, un conseiller pédagogique de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Maxime Boivin, a présenté un logiciel pour l'apprentissage de la géométrie.

«Ça permet à l'enseignant d'avoir une présentation visuelle, et à l'élève de manipuler lui-même le concept», explique-t-il.

Le recours au numérique est en voie de prendre de plus en plus de place dans l'enseignement, mais pas au point de remplacer définitivement l'enseignant lui-même.

«Une application ne connaît pas l'enfant, et ne peut remplacer le contact humain. Le numérique est un outil, rien de plus», conclut Marie-Pierre Baron, de l’UQAC.

Dans la même catégorie