/news/politics

Selon Sébastien Proulx

«La mobilité» doit être le sujet de la campagne électorale

Sophie Côté | Agence QMI

Le troisième lien «ne sera pas le sujet de la campagne électorale», soutient le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx, mais bien «la mobilité», qui comprend ce projet à l’étude.

Le ministre, appelé à commenter le dossier du troisième lien en marge d’une annonce au Parc de la Chute-Montmorency mardi, a nié que les travaux du bureau de projet du troisième lien ait pris du retard, affirmant que les choses allaient «rondement».

«Oui, il peut y avoir de l’intérêt pour que ça aille plus rapidement, il peut y avoir de l’impatience de certains. Il y a une réalité qui est bien fondamentale: il faut les laisser travailler, et ils vont le faire le plus rapidement possible, j’en suis certain. C’est les instructions qu’ils ont», a-t-il mentionné.

Les faits saillants d’un rapport d’étape de l’étude d’opportunité doivent être dévoilés cet été, a promis cet hiver la ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay.

«On dira la vérité aux gens»

Soutenant ne pas connaître quels détails de l’analyse du bureau de projet seront publics d’ici la campagne électorale, le ministre a plaidé que les électeurs ne feront de toute façon pas «un choix en fonction du troisième lien», mais plutôt «en fonction du plan de mobilité mis de l’avant par les partis politiques».

«Si on a des informations à donner, on les donnera. Si on en n’a pas, on dira la vérité aux gens. C’est ce qu’on fait depuis le début et c’est ce qu’on va continuer à faire», a-t-il dit.

La mobilité, pas juste le 3e lien

«Sincèrement, le troisième lien, ce ne sera pas le sujet de la campagne électorale, ce ne doit pas être le sujet de la campagne électorale, a enchaîné Sébastien Proulx. Parce que c'est la mobilité qui devrait être parmi les sujets importants de la campagne électorale, [et le troisième lien], c'est un des éléments de la mobilité», a-t-il aussitôt précisé, expliquant que le troisième lien faisait partie du plan de mobilité «durable» du gouvernement libéral.

«On ne fait pas ce travail-là en vue d'une campagne électorale, on fait ce travail-là pour doter Québec d'un troisième lien qui sera pertinent», a-t-il affirmé.

Dans la même catégorie