/sports/homepage

Rocket de Laval

L'entraîneur-chef du Rocket Sylvain Lefebvre est congédié

Jonathan Bernier | Agence QMI

Camp Rocket de Laval

Martin Chevalier / JdeM

Une première tête est tombée dans l’organisation du Canadien, mais c’est plutôt à Laval, et non à Montréal, qu’elle a roulé.

À la barre de l’équipe-école du Tricolore au cours des six dernières saisons, Sylvain Lefebvre a été congédié.

«La décision de relever Sylvain de ses fonctions a été très difficile, car j’ai beaucoup de respect pour lui, et je le considère comme un très bon entraîneur», a déclaré Marc Bergevin par voie de communiqué.

«J’ai pris soin de discuter de la situation avec Larry Carrière également, et je considère que le temps est venu pour notre club-école d’avoir une nouvelle direction au poste d’entraîneur-chef», a-t-il ajouté, ce qui porte à croire que Carrière gardera son poste de directeur général du Rocket.

En ce qui concerne les entraîneurs adjoints Donald Dufresne, Nick Carrière et Marco Marciano, Bergevin a indiqué que leur sort serait connu une fois le processus d’embauche du nouvel entraîneur-chef complété. On peut donc présumer que le nouvel élu aura le loisir de proposer ses hommes de confiance.

Une seule ronde en six ans

En six saisons à la barre des Bulldogs de Hamilton, des IceCaps de St. John’s et du Rocket de Laval, Lefebvre a dirigé 456 matchs de saison régulière. Sous sa tutelle, l’équipe-école du Canadien a maintenu un désastreux dossier de 188 gains, contre 210 revers en temps régulier, 37 défaites en prolongation et 21 autres en tirs de barrage.

Bonne dernière de la ligue à deux occasions, dont lors de la saison qui vient de se terminer, la troupe de Lefebvre n’a participé aux séries éliminatoires qu’à une seule occasion.

C’était le printemps dernier. Ça n’aura duré que le temps de quatre matchs (série 3 de 5) face au Crunch de Syracuse, éventuel finaliste de la coupe Calder.

D’autres pourraient suivre

À la défense de Lefebvre, disons qu’il n’a jamais réellement pu miser sur une formation de premier plan. La relève du Canadien étant ce qu’elle est, il a été le premier à en souffrir.

On se rappellera qu’à son arrivée à Hamilton, la philosophie de l’organisation était de miser presque exclusivement sur des jeunes dans la Ligue américaine. Philosophie avec laquelle l’ancien défenseur de la LNH a dû travailler jusqu’à l’an dernier.

Cet hiver, les difficultés du Canadien ainsi que les blessures ont obligé l’état-major à piger dans les réserves à Laval, laissant Lefebvre avec une formation décimée.

Cela dit, il y a déjà quelque temps que le développement des espoirs fait défaut chez le Canadien. Puisqu’il est loin d’en être le plus grand responsable, Lefebvre pourrait ne pas être le seul à se faire montrer la porte de sortie.

Quelques candidats potentiels

Dominique Ducharme

Âge: 45 ans

Poste actuel: Directeur général et entraîneur-chef des Voltigeurs de Drummondville.

Réalisations:

- Coupe Memorial à la barre des Mooseheads de Halifax en 2013.

- Médaille d’argent du Championnat mondial junior (entraîneur-chef du Canada) en 2017.

- Médaille d’or du Championnat mondial junior (entraîneur-chef du Canada) en 2018.

En quelques mots : Il est l’un des entraîneurs les plus en vue au pays. Il se dit lui-même prêt à faire le saut chez les professionnels. D’ailleurs, il croit avoir dirigé son dernier match chez les juniors. Si le Canadien ne lui fait pas signe, une autre organisation le mettra sous contrat.

Philippe Boucher

Âge: 45 ans

Poste actuel: Il vient tout juste de démissionner de ses postes de directeur général et d’entraîneur-chef des

Remparts de Québec, qu’il occupait depuis la saison 2013-2014.

Réalisations:

- Il a occupé le poste de directeur général de l’Océanic de Rimouski en 2011-2012 et 2012-2013.

- L’Océanic a atteint la finale de la LHJMQ en 2012.

- Il a mené les Remparts à la finale de la LHJMQ en 2015.

En quelques mots : Au moment de remettre sa démission, Boucher a souligné vouloir prendre quelques mois de repos. Il a également souligné qu’il refuserait une offre d’adjoint à l’entraîneur-chef du Crunch de Syracuse, Benoît Groulx, si celui-ci se manifestait. Mais un poste d’entraîneur-chef à Laval ?

Joël Bouchard

Âge: 44 ans

Poste actuel: Président, directeur général et entraîneur-chef de l’Armada de Blainville-Boisbriand.

Réalisations:

- Directeur général d’Équipe Canada, il a remporté la médaille d’argent lors du Championnat mondial de 2017.

- Directeur général d’Équipe Canada, il a remporté la médaille d’or lors du Championnat mondial de 2018.

En quelques mots:

Ses nombreux chapeaux et son implication au sein du groupe d’actionnaires de l’Armada (minoritaire) pourraient très bien le retenir à Blainville-Boisbriand.

Éric Veilleux

Poste actuel: Il vient de passer les deux dernières saisons au poste d’entraîneur-chef du Rampage de San Antonio, club-école de l’Avalanche du Colorado. Certaines sources soutiennent qu’il ne sera pas de retour pour une troisième campagne.

Réalisations:

- Il a remporté la coupe Memorial à la barre des Cataractes de Shawinigan en 2012.

- Il a atteint la finale de la LHJMQ à trois reprises :

- Cataractes de Shawinigan en 2009.

- Drakkar de Baie-Comeau en 2013.

- Drakkar de Baie-Comeau en 2014.

En quelques mots:

Parmi les quatre candidats, Veilleux est le seul qui possède l’expérience de la Ligue américaine. Il est le type d’entraîneur qui s’assure que ses joueurs aient la bonne attitude. Il est un bon ami de Martin Lapointe, avec qui il a défendu les couleurs du Titan de Laval en 1991-1992 et 1992-1993.

Dans la même catégorie