/news/world

Enquête russe

Paul Ryan juge «inutile» pour le Congrès de protéger le procureur spécial

Agence France-Presse

Le plus puissant républicain du Congrès américain, Paul Ryan, a estimé mardi qu'une initiative de sénateurs des deux bords visant à protéger le procureur spécial enquêtant sur le dossier russe était «complètement inutile», affirmant qu'il ne s'attendait pas à ce que le président Donald Trump le limoge.

Des sénateurs républicains et démocrates ont présenté la semaine dernière une mesure visant à protéger Robert Mueller ou tout autre procureur spécial lui succédant contre un président qui tenterait de le renvoyer sans «motif valable», et ordonnant l'ouverture d'un examen judiciaire en cas de limogeage.

La figure du procureur spécial est particulière aux États-Unis: il dépend du ministère de la Justice et ne peut être renvoyé que par ce dernier.

Depuis que Robert Mueller a été nommé à cette fonction, en mai 2017, Donald Trump s'était gardé de critiquer ce «super enquêteur», ancien grand patron respecté du FBI où il avait été nommé en 2001 par George W. Bush. Mais il a rompu cette réserve la semaine dernière, accusant notamment le procureur spécial d'avoir détérioré les relations américano-russes par ses investigations «aiguillées par les démocrates».

Des commentaires qui ont fait frémir plusieurs élus, prompts à mettre en garde publiquement le président républicain contre toute velléité de se débarrasser du procureur, en licenciant par exemple le numéro deux du ministère de la Justice qui chapeaute les travaux de l'enquêteur.

L'initiative des sénateurs a été perçue comme l'un des avertissements les plus sévères adressés à Donald Trump, mais le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan, a douché mardi leurs espoirs de voir le texte prospérer, en affirmant avoir évoqué le sujet avec Donald Trump.

«Cela ne serait pas dans l'intérêt du président et je pense qu'il le sait», a-t-il déclaré.

Robert Mueller enquête sur l'ingérence russe dans la présidentielle américaine de 2016 ainsi que sur les soupçons de collusion avec Moscou pesant sur certains membres de l'équipe de campagne du candidat Donald Trump.

«Nous ne pensons pas qu'il devrait être renvoyé. Nous ne croyons pas qu'il va être renvoyé», a déclaré Paul Ryan aux journalistes, avant d'ajouter à propos du texte des sénateurs: «nous ne pensons donc pas qu'il soit nécessaire».

Dans la même catégorie