/news/world

Un expert se prononce

Presque aspirée par un hublot: «ça aurait pu être beaucoup plus grave»

TVA Nouvelles

Une passagère à bord d’un avion de la Southwest Airlines a failli être aspirée par un hublot, après l’explosion d’un moteur en vol, mardi.

L’incident cauchemardesque, mais pourtant bien réel, est rarissime dans les anales de l’aviation, selon André Turenne, enquêteur à la retraite du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST).

À LIRE ÉGALEMENT

Un moteur explose, une femme a failli être aspirée dans un hublot

Le spécialiste qui a travaillé 27 ans au BST, croit que les risques qu’un tel événement puisse se produire en vol sont de moins de 1 sur 1 million.

Selon les premières informations disponibles, l’un des moteurs de l’appareil, un Boeing 737-700, qui transportait 144 passagers et 5 membres d’équipage, aurait explosé en plein vol et une pièce a percuté un hublot, le brisant.

 

 

«Il sera important de connaître quelles sont les informations qu’ont obtenues les membres de l’équipage. Les vibrations de chacun des moteurs sont transmises sur une base ponctuelle à l’équipage. Si les vibrations dépassent un seuil sécuritaire, l’équipage reçoit le message et va normalement arrêter le moteur en vol», explique le spécialiste en entrevue à «100% Nouvelles».

Selon son expertise, l’équipage dans ce cas-ci n’aurait visiblement pas été alerté.

«L’équipage n’a pas été avisé puisque le moteur a brisé de façon catastrophique, sans donner d’avis. Ça aurait pu être beaucoup plus grave, comme avoir des pertes de vies», observe André Turenne.

«L’enregistreur de données de vol pourra donner aux enquêteurs du NTSB et l’équipe d’enquêteurs la performance du moteur avant l’accident, et si l’accident a été causé par le moteur ou la nacelle qui entoure le moteur au niveau de l’entrée d’air», précise-t-il.

La passagère qui a failli être aspirée par le hublot a été transportée à l’hôpital. Son état de santé n’a pas été dévoilé depuis l’accident. Une personne a perdu la vie, mais on ignore s'il s'agit de la passagère en question.

Selon les données du site spécialisé Flight Aware, l’aéronef se trouvait à 32 500 pieds lors de l’explosion. Il a ensuite perdu près de 3000 pieds par minute, avant de se stabiliser à 10 000 pieds.

Un passager qui était à bord de l'avion, Marty Martinez, a publié plusieurs vidéos et photos en plein vol, peu après l’explosion.

Le transporteur aérien a rapidement réagi par voie de communiqué à la suite de cet incident.

«La sécurité est toujours notre principale priorité chez Southwest Airlines, peut-on lire dans la déclaration. Nous travaillons de façon diligente pour soutenir nos clients et notre équipage en ce moment.»

Dans la même catégorie