/news/society

Des emplois assurés

Pénurie d'infirmières: «Ça prend de la relève!»

TVA Nouvelles

La surcharge de travail et l'épuisement professionnel des infirmières ont beaucoup fait jaser ces derniers temps. Raison de plus, puisqu’il s’agit d’une profession qui attire toujours les jeunes, pour bien encadrer celles et ceux qui se souhaitent leur venir en renfort.

Phoebe Lormilus est justement en stage d'observation aux soins intensifs de l'Hôpital Santa Cabrini. La jeune femme de 17 ans rêve de devenir infirmière depuis toujours. Sa mère était infirmière auxiliaire.

«Elle me raconte toujours des histoires, genre ses expériences à l'hôpital, puis tout, surtout avec des femmes enceintes. Je trouvais ça toujours... bien, extraordinaire!» relate la future infirmière.

Phoebe boit les paroles de l’assistante infirmière-chef à Santa Cabrini Linda Comeau, qui exerce le métier depuis 31 ans et selon qui les qualités humaines requises sont très importantes.

«Il faut aimer les gens. Si on n'aime pas les gens, on peut pas faire ça, ces choses-là. Même, des fois, toucher, il faut pas avoir peur de toucher», illustre-t-elle.

Comme tout le monde, Phoebe a entendu plusieurs infirmières parler de conditions de travail difficiles, des heures supplémentaires obligatoires et d'épuisement.

«Ça me dérange pas, martèle la jeune femme. C'est pour aider les gens, ça me va. C'est quand même la vie des gens, tu sais.»

«Les gens qui vont venir pareil dans ces cours-là, bien, moi, je pense que c'est parce qu'ils ont la vocation, puis ils veulent aider les gens», soutient Mme Comeau.

La tâche est complexe, la pression est grande. Et il y a beaucoup à apprendre.

Dans ses efforts de recrutement, le CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal offre des milliers de stages chaque année, dont 2000 en soins infirmiers.

«On ne laisse personne qui postule sur nos postes qui sont affichés sur notre site du CIUSSS... Il n'y a aucune infirmière qui ne reçoit pas d'appel», assure Maria Di Blasio, agente de gestion du personnel au CIUSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

Une approche avec laquelle Linda Comeau est parfaitement d’accord. «Ça prend de la relève! Il faut que les gens viennent, puis s'inscrivent à ces cours-là parce que, nous, on va partir éventuellement.»

Depuis des années, la pénurie d'infirmières est un sujet qui revient dans l’actualité. Aujourd'hui encore, on estime que le réseau de la santé aura besoin de 2500 nouvelles infirmières d'ici 2020. Les emplois, nous dit-on, sont assurés.

-D’après un reportage d’Andrée Ducharme

Dans la même catégorie