/news/society

Pratique illégale de la médecine dentaire?

De sérieux problèmes dentaires causés par un denturologiste délinquant?

TVA Nouvelles

Un patient qui souffre de troubles du sommeil voit sa vie chamboulée après qu'il ait porté durant plus de trois ans une orthèse qui a entrainé un important déplacement dentaire.

L’homme raconte que c'est un denturologiste qui a fait la mise en bouche de l'orthèse, après avoir été référé par un dentiste de la même clinique. Or, au Québec, cet acte est strictement réservé aux dentistes comme stipulé dans le guide «Apnée obstructive du sommeil, information pour le patient avisé» publié en 2016 par le Collège des médecins, l’Ordre des dentistes et l’Ordre professionnel des inhalothérapeutes.

«Il faut que ce soit fait par des mains expertes parce que vous allez avoir des conséquences qui seront vraiment néfastes», soutient le président du Collège des médecins, le Dr Charles Bernard.

 

COURTOISIE

L’orthodontiste Florence Morrison, qui est spécialisée en trouble du sommeil, a dénoncé le denturologiste en question et a saisi l'Ordre des denturologistes, l'Ordre des dentistes et le Collège des médecins du dossier.

«Le denturologiste a fait une pratique illégale de la médecine dentaire, affirme Mme Morrisson. Il n'y a pas eu de suivi pour ce patient par la personne qui avait fait la mise en bouche de l'orthèse et donc trois ans après le patient arrive avec une malocclusion majeure qui nécessite un traitement d'orthodontie pour un coût de plus de 11 000 $.»

TVA Nouvelles a tenté de joindre le denturologiste concerné par téléphone, puis par courriel. Il nous a fourni la déclaration suivante: «Veuillez noter que les orthèses d’avancement mandibulaire sont confectionnées par certains denturologistes du Québec (dont moi-même) ayant reçu la certification après avoir suivi une formation spécifique chez Panthera Dental.»

COURTOISIE

«Quand on vend ces appareils-là, les gens font ça pour les sous habituellement, alors c'est sûr et certain que si on pense plus à notre bénéfice qu'au bénéfice de notre patient, posez-vous des questions», souligne le Dr Charles Bernard.

Le patient a lui aussi l'intention de porter plainte et d'envoyer une mise en demeure au denturologiste ainsi qu'à la clinique dentaire et au dentiste qui l'ont référé.