/regional/montreal/montreal

Plusieurs signalements

Des dindons débarquent en ville

Nadia Lemieux

 - Agence QMI

Plusieurs Montréalais ont aperçu des dindons sauvages au cours du dernier mois, si bien qu'un arrondissement a tenu bon d’informer ses résidents de ne plus contacter le 311 en cas de rencontre avec l’animal.

Pouvant atteindre une longueur de 122 centimètres, le dindon sauvage passe difficilement inaperçu en ville.

Pour rassurer ceux qui s’inquièteraient de la présence de ces grands oiseaux en ville, l’arrondissement de Rosemont—La-Petite-Patrie écrivait vendredi sur sa page Facebook que les dindons sauvages « ne représentent pas de danger. »

« Si vous croisez un dindon, continuez votre chemin, comme vous le feriez pour un raton laveur ou un écureuil. Ne composez pas le 311 », est-il écrit.

Au printemps 2015, la présence d’un dindon dans Ahuntsic avait suscité l’attention. Phénomène plus rare à l’époque, la Ville recommandait de contacter l’arrondissement si l’on apercevait un dindon.

Nombreux signalements

Après les coyotes, ce sont maintenant les dindons qui surprennent des résidents de différents arrondissements.

Le 9 avril, Peggy Fillion, une résidente de Rosemont—La-Petite-Patrie, rencontrait l’un de ces imposants oiseaux dans une ruelle près des rues Lafond et Dandurand.

« J’ai vraiment fait le saut. C’était très très surprenant, raconte-t-elle. Un moment donné, elle s’est mise à voler. Elle se promenait un peu partout entre les cours. Elle était quand même assez agitée et a sauté sur une piscine, sur la toile. »

Le lendemain, Éric Massicotte, un conducteur d’autobus à la Société des transports de Montréal (STM), croisait un spécimen sur son trajet dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles. « Elle a carrément traversé [la rue] Notre-Dame avant d’aller se cacher », relate-t-il.

M. Massicotte pratique lui-même la chasse au dindon sauvage à l’extérieur de Montréal. « Ça m’a surpris d’en voir en ville. Je chasse en Mauricie, mais à Montréal, je me demandais comment elle s’était rendue là, si elle avait traversé un pont... »

Mardi dernier, c’était au tour de Denis Martin, demeurant près du Collège de Rosemont, d’apercevoir un dindon. C’est en sortant à 6h du matin pour aller chercher son vélo avant d’aller travailler qu’il a vu l’oiseau.

« J’ai vu cette belle grosse bibitte dans le fond de ma cour et j’ai été un peu surpris, a-t-il dit en précisant que le dindon était très calme et qu’il s’était éloigné sans s’occuper de lui. Mais elle boitait. Il lui manquait un bout de patte.»

Des dindons ont également été aperçus dans l’arrondissement de Lachine.

Le plan de gestion du dindon sauvage au Québec 2016-2023 mentionne que « bien qu’en général l’homme cohabite bien avec le dindon, parfois la présence de ce dernier peut causer certains désagréments [dont des] accidents routiers. »

Profil du dindon sauvage

Longueur: 110 à 120 cm

Envergure: 130 à 140 cm

Poids: de 7,7 à 9,5 kg pour les mâles et 3,6 à 5 kg pour les femelles

Longévité: douzaine d’années

Très bonne vision et audition qui le rendent difficile à capturer

Source: site internet d’Espace pour la vie