/news/politics

Initiative soutenue par le PQ

Pétition contre les «dérives des groupes sectaires»

Agence QMI

Le Parti québécois parraine une pétition pour que l’État se penche davantage sur les «dérives des groupes sectaires», par exemple de la part de sectes ou groupes religieux qui imposent des pressions sur leurs membres.

«Justice parallèle, droit à l'éducation brimé, extorsion financière... la liberté de religion est parfois invoquée pour justifier des gestes ou des dogmes qui seraient autrement sanctionnés par nos lois. Les parlementaires ont le devoir de faire la lumière sur cet enjeu. Or, à plusieurs reprises, nous avons interpellé directement le gouvernement pour qu'il accepte de lancer un mandat parlementaire pour examiner le rôle et les responsabilités de l'État face au phénomène des groupes à dérives sectaires. Jusqu'à maintenant, ce fut sans succès», a mentionné par communiqué la porte-parole de l'opposition officielle en matière de laïcité, Agnès Maltais, lundi.

Cette pétition a été lancée par Manon Boyer, tante d'Éloïse Dupuis, cette jeune mère membre des Témoins de Jéhovah qui est morte pour avoir refusé pour des questions religieuses une transfusion sanguine en 2016 à la suite d’un accouchement à Lévis.

Cette pétition est l'occasion de donner directement la parole aux citoyens du Québec. Ils pourront, ainsi, exprimer clairement au gouvernement qu'ils souhaitent la tenue d'un tel exercice. C'est en quelque sorte un cri du cœur: il faut que les choses changent!» a-t-elle affirmé.

Voyez l'entrevue accordé par un ancien membre de secte à Denis Lévesque dans la vidéo ci-dessous:

«J'ai fait, la veille de sa mort, une promesse à Éloïse: la sortir de là. Malheureusement, je ne savais pas qu'il ne lui restait que quelques heures à vivre. Je ferai tout ce qui est possible afin que les yeux d'Éloïse, fermés à jamais, ouvrent ceux des autres, et que plus jamais il n'y ait d'autre bébé Liam orphelin. Seule, je n'y peux rien. Mais, avec votre aide, tout est possible», a-t-elle ajouté.

Les citoyens ont jusqu’au 11 juin pour la signer. Elle n'était cependant pas encore disponible en soirée lundi.