/regional/quebec/quebec

Inoccupées depuis 50 ans

Une foule d’idées pour faire revivre les Nouvelles Casernes

Stéphanie Martin | Agence QMI

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Centre de sciences, rendez-vous gourmand, studios touristiques, ateliers d’artistes. Les idées ont fusé mardi chez plusieurs groupes invités à «mettre de la vie» dans les Nouvelles Casernes.

La Commission de la capitale nationale du Québec (CCNQ), propriétaire des Nouvelles Casernes, a mené mardi une journée d’ateliers consultatifs sur la vocation de l’édifice.

Le sort des Casernes, le plus ancien ouvrage militaire mis en place sous le régime français en Amérique du Nord, est en suspens depuis un demi-siècle.

Le projet de rénovation a été annoncé à quelques reprises avant que le gouvernement ne lance finalement les travaux de rénovation de 20 millions $ cette année.

Ceux-ci servent à consolider le bâtiment et à stopper sa détérioration. Mais on ne lui a toujours pas trouvé de vocation. Un premier appel de projets, en 2014, n’avait pas porté ses fruits.

Mardi, une soixantaine de personnes de tous les horizons ont passé la journée au Monastère des Augustines, à un jet de pierre des Casernes, pour proposer des idées pour l’utilisation du bâtiment.

Des architectes, des citoyens, des spécialistes du patrimoine et des gens d’affaires ont proposé des concepts variant autour de divers thèmes.

Centre de sciences

L’équipe des représentants du Monastère, du Morrin Centre et du Diamant a proposé un concept axé autour d’un centre de sciences, un endroit interactif.

«On veut un projet familial», a souligné Bernard Gilbert, du Diamant. À cela se grefferaient des studios et suites pour les familles de passage, des jardins communautaires et une halte-garderie.

Les représentants de la Société de développement ont proposé un lieu de rencontre où on pourrait manger, boire et dormir.

D’autres ont suggéré un centre d’interprétation de l’histoire du bâtiment ou un lieu de création numérique.

Premier pas

«D’autres consultations viendront plus tard. Il s’agit d’un premier pas pour nourrir la réflexion», a souligné la porte-parole de la CCNQ, Anne-Marie Gauthier.

La CCNQ prendra six mois pour évaluer les idées proposées, explique Nicolas Giroux, historien et chargé de projet. Ensuite, un plan d’affaires sera élaboré pour étudier la faisabilité financière de l’option choisie.

En ce moment, les travaux vont bon train sur la portion ouest des Casernes. Des pans de murs ont été démantelés et seront rebâtis, avec les mêmes pierres, autant que possible, a indiqué l’architecte Éric Maurand.

L’idée est de conserver l’intégrité historique, mais aussi de respecter les différents styles architecturaux, puisque certaines parties ont été reconstruites au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

Nouvelles Casernes

Situées au 1, rue de l’Arsenal, dans le Vieux-Québec

Construites entre 1749 et 1752 afin de loger les troupes françaises

Ensemble de 160 mètres de long et 10 mètres de large

Inoccupées depuis 50 ans

Bâtiment classé immeuble patrimonial appartenant au gouvernement du Québec