/news/currentevents

Disparue depuis 10 ans

Sous la pluie et le vent pour ne pas oublier Marilyn Bergeron

TVA Nouvelles

Ils étaient une soixantaine à braver le froid, la pluie et le vent dimanche pour souligner les 10 ans d’absence de Marilyn Bergeron, mystérieusement disparue à Saint-Romuald.

À l’invitation des parents de la disparue, le groupe a marché jusqu’au Café Dépôt de ce quartier de Lévis, dernier endroit où elle a été aperçue en vie.

Les parents de Marilyn Bergeron, âgée de 24 ans au moment de sa disparition, ont demandé à nouveau à la SQ de se pencher sur la disparition de la jeune femme, jusqu’à présent sous la juridiction de la police de Québec.

«On a demandé en 2015 un second regard à l’enquête par la Sûreté du Québec; la Sécurité publique a refusé, explique Andrée Béchard, sa mère. On réitère notre demande parce qu’on ajoute trois années à la disparition de Marilyn, et on aimerait qu’il y ait un nouvel examen par un corps policier différent qui pourrait regarder les choses d’une autre façon, pour savoir si cette enquête pourrait déboucher quelque part.»

Les organisateurs de la marche demandent aussi la création d’une escouade policière mixte dans les cas de disparition, l’octroi de plus de pouvoir aux policiers et l’accès à certaines informations confidentielles dans de telles situations.

Une loi de ce genre est en vigueur en Alberta et en Nouvelle-Écosse, et est en voie d’être adoptée en Ontario et au Manitoba.

«C’est très difficile pour les corps de police d’aller chercher une information comme une transaction bancaire, de relevés de téléphone», soulève Pina Arcamone, du Réseau Enfants-Retour.

«Des fois, il y a des petites guerres de tranchées qui font que les corps de police ne travaillent pas ensemble», estime pour sa part Michel Surprenant, de l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues.

Le père du petit Ariel Kouakou, disparu à Montréal en mars, participait à l’événement à l’invitation des parents de Marilyn Bergeron.

«S’il y avait une escouade spécialisée, c’est sûr que les choses auraient bougé et ça aurait donné plus rapidement des résultats», estime Kouadio Frédéric Kouakou.

Dans la même catégorie