/regional/montreal/montreal

Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Un docteur au cœur d’artiste

Frédéric T. Muckle | Agence QMI

FRÉDÉRIC T. MUCKLE/24 HEURES/AGENCE QMI

Un médecin montréalais a décidé de se lancer en musique et de sortir une chanson pour tenter d’améliorer la vie de ses patients.

Le Dr Christian Boukaram, qui travaille dans le département de radio-oncologie de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, à Montréal, vient de présenter en ligne l’extrait «On My Own» sous le pseudonyme de Dr Chris pour amasser des fonds destinés à un programme thérapeutique.

«Je me sens très bien et accompli du côté médical, je fais beaucoup de choses [...], mais il y a toujours eu un côté de moi qui voulait publier une chanson», a expliqué l’homme qui pratique la médecine à cet hôpital depuis plus de 10 ans et qui joue de la musique depuis sa plus tendre enfance.

«J’ai donc décidé de mettre ce rêve au service de la cause que je défends depuis plusieurs années», a poursuivi Dr Boukaram. Le médecin explique avoir été fortement influencé par le travail du Dr Yves Lamontagne, un psychiatre musicien surtout connu pour avoir créé la Fondation des maladies mentales en 1980.

Pour le bien des patients et le sien

Une partie de l’argent amassé grâce aux ventes de la pièce originale sortie le 30 avril sera versée au Fonds CROIRE, une initiative de la fondation de l’hôpital qui organise des activités et ateliers, dont une chorale d’une trentaine de patients fondée par le Dr Boukaram, pour amener un soutien psychologique et social aux survivants et patients atteints du cancer.

Selon le médecin, ainsi que plusieurs études dont une réalisée en 2016 par des chercheurs de l’Université Drexel à Philadelphie, la musique peut aider les patients atteints du cancer de diverses façons.

«Ça améliore leur qualité de vie, ça diminue même les douleurs qu’ils ont, ça améliore leur morale, chanter aide à la respiration [...] et n’oublions pas que chanter en groupe c’est une sorte de soutien, a énuméré le Dr Boukaram. Le fait de se retrouver ensemble avec des gens qui vivent la même situation, c’est quelque chose d’extrêmement thérapeutique pour eux.»

Lui-même trouve un certain refuge dans la musique qui l’aide à composer avec un travail où maladie et tristesse font partie du quotidien.

«Pour moi, c’est une manière de me ressourcer et de recharger mes batteries, a-t-il expliqué. Ça me permet de poursuivre, à garder le feu et la passion. Ce n’est pas quelque chose que je compte arrêter parce qu’au final, ça fait du bien pour eux et pour moi.»