/regional/montreal/montreal

Printemps syndical chaud à la STM

Des autobus en moins sur votre ligne dès la semaine prochaine?

Yves Poirier | TVA Nouvelles

Si vous êtes un usager du transport en commun à Montréal, attendez-vous à de possibles impacts sur le service, et ce, dès la semaine prochaine. Par exemple, il pourrait y avoir moins d’autobus sur votre ligne.

Mercredi après-midi, environ 1000 employés d’entretien de la Société de transport de Montréal (STM), qui sont en négociation depuis un an pour le renouvellement de leur convention collective, ont manifesté bruyamment devant le siège social de leur employeur, rue de la Gauchetière Ouest.

Le syndicat du transport de Montréal accentue les moyens de pression: les 2400 employés affiliés à la CSN refuseront d’effectuer les heures supplémentaires entre le 7 et le 12 mai.

«Nous sommes tannés, les travailleurs sont à bout, ils ont fait des sacrifices. Le temps supplémentaire la semaine prochaine, il n’y en aura pas, on fait la grève, prévient Gleason Frenette, président du syndicat du transport de Montréal. L’an dernier, on a fait 500 000 heures de temps supplémentaire et là, tout le monde est fatigué. Les jeunes syndiqués veulent la conciliation travail-famille. Ils veulent s’occuper de leur famille.»

Pour sa part, le directeur général de la STM, Luc Tremblay, a fait le point au 7e étage du 800, rue de la Gauchetière, loin des manifestations, faisant part des impacts à prévoir pour la clientèle.

«Il peut y avoir sur une ligne d’autobus une tournée qui va être sautée parce que nous n’avons pas le bus nécessaire pour passer à cette heure-là», explique-t-il.

Les demandes de l’employeur, précise M. Tremblay, ne touchent aucunement le salaire et les avantages sociaux.

«Nous souhaitons une modernisation des conventions collectives dont le modèle d’affaires date depuis un certain temps. On manque de flexibilité pour pouvoir offrir à la clientèle le service qu’on leur a promis. On veut des quarts de travail de soir et de nuit pour permettre l’entretien en tout temps, pour avoir une optimisation.»

Sans montrer personne du doigt, M. Tremblay a aussi déploré des gestes de vandalisme en expliquant que c’est tolérance zéro en la matière.

Vote de grève des chauffeurs d’autobus

Rappelons que jeudi, ce sont 4500 employés de la Société de transport de Montréal, dont les chauffeurs d’autobus, qui tiendront de leur côté un vote de grève, dans le cadre de deux assemblées générales du syndicat, qui auront lieu la même journée.

Dans la même catégorie