/news/law

Centre-du-Québec

Un émule des Hells Angels condamné pour gangstérisme

Éric Thibault | Agence QMI

 - Agence QMI

Courtoisie

Un trafiquant d’un club-école des Hells Angels qui prétendait faire partie d’une bande d’amateurs de moto et de bière a avalé de travers sa condamnation pour gangstérisme.

Stéphane Allie, un membre des Devils Childs qui avait porté sa cause en appel, devra se résigner à la peine de six ans d’incarcération dont il a écopé en 2014 puisqu’il a mordu la poussière devant le plus haut tribunal du Québec le mois dernier.

À son procès, Allie avait plaidé le plus sérieusement du monde que ce gang consistait «à réunir des amateurs de motocyclettes et à boire de la bière», a relaté le juge Simon Ruel dans cette décision de la Cour d’appel. Pourtant, la preuve amassée par les policiers lors du projet d’enquête Alanine démontrait tout le contraire.

Chiffre d’affaires de 5 millions $

Les Devils Childs formaient un groupe affilié aux Hells Angels qui s’est installé près de Drummondville pendant quelques années avant de disparaître à la suite de l’opération Alanine, en 2009.

Selon des documents judiciaires de cette enquête consultés par «Le Journal de Montréal», la Sûreté du Québec alléguait que la distribution de stupéfiants dans les secteurs de Drummondville et de Victoriaville était respectivement sous le contrôle des Hells Angels Marcel «Ti-Mince» Messier, maintenant retraité du chapitre de Montréal, et Alain «Zappa» Durand.

Membre fondateur du chapitre South, Durand était propriétaire d’une des principales agences de placement de danseuses érotiques de la province, Sensation Fantaisie.

Partisan de la «Big Red Machine»

Au fil de leur enquête et des perquisitions, les policiers avaient établi que les Devils Childs réalisaient un chiffre d’affaires annuel d’environ 5 millions $ dans cette région avec la vente de cocaïne et de drogues de synthèse, comme l’ecstasy et la méthamphétamine.

Allie, un résident de Saint-Cyrille- de-Wendover qui était employé d’une compagnie d’excavation, comptait parmi les 25 suspects appréhendés dans l’opération. En fouillant sa résidence, les policiers ont saisi deux gilets pare-balles et des vêtements faisant la promotion des Hells Angels, aussi appelée la «Big Red Machine».

L’enquête a montré qu’Allie livrait des stupéfiants dans un bar de danseuses à Saint-Félix-de-Kingsey et qu’il était «particulièrement» proche de la tête dirigeante du gang, Marc Dubois, condamné à quatre ans de taule après avoir plaidé coupable.

Allie soutenait non seulement que les Devils Childs n’avaient «pas d’objectif criminel», mais il arguait qu’on ne l’avait pas jugé dans des délais raisonnables.

Estimant que les délais s’expliquaient par la complexité de l’enquête, le juge Ruel a tranché qu’en vertu de la preuve «il ne peut faire de doute qu’à tout le moins l’appelant s’affairait au trafic de stupéfiants en association avec l’organisation».

Alain Durand et Marcel Messier n’ont pas été accusés dans cette affaire puisqu’ils avaient été arrêtés la même année dans l’opération SharQc. Ils ont été condamnés à des peines de 6 et 11 ans après s’être reconnus coupables de complot pour meurtres.

Dans la même catégorie