/finance/homepage

Rencontre entre la direction et les employés

Un acheteur déterminé à réformer «La Presse»

Pierre-Olivier Zappa | TVA Nouvelles

La direction de «La Presse» va rencontrer tous ses employés syndiqués au Palais des congrès mardi matin à 10h.

Cette nouvelle survient alors que l’homme d’affaires Graeme Roustan est déterminé à acheter le quotidien «La Presse» et transformer en profondeur son modèle d’affaires.

Dans une entrevue exclusive accordée à TVA Nouvelles, l’ancien dirigeant de l’équipementier Bauer dévoile son plan et confie vouloir ramener une édition papier et une formule d’abonnement, disparues depuis décembre 2017.

M. Roustan est à la tête d’un groupe d’investisseurs qui tentent de convaincre les actionnaires de contrôle de Power Corporation, Paul et André Desmarais, de se départir de «La Presse».

«Une édition complètement sur la tablette numérique est une erreur majeure, s’exclame-t-il. Le papier n’est pas mort. Seules les vieilles idées le sont!»

À l’instar du New York Times, «La Presse» devrait publier une édition papier, à commencer par le week-end, et miser sur une formule d’abonnement sur le web, estime l’homme qui est déjà propriétaire du magazine The Hockey News. «Cela diminuerait la dépendance aux revenus publicitaires qui sont en décroissance.»

Si les états financiers du quotidien ont toujours été gardés secrets, il estime néanmoins que sa valeur ne se compte pas en centaines de millions de dollars, mais plutôt en millions.

«Les propriétaires actuels perdent de l’argent. Alors j’achèterais essentiellement une marque, qui par ailleurs est très solide», souligne le multimillionnaire sherbrookois.

Il entend partager son projet et ses idées avec les actionnaires et les hauts dirigeants de Power Corporation lors de l’assemblée annuelle du conglomérat, ce vendredi, à Montréal.

Garder les emplois

«Je crains que «La Presse» ne soit obligée de procéder à de nombreux licenciements avec le modèle actuel», souligne le PDG de Roustan Media.

S’il réussit à mettre la main sur le quotidien, il tentera de conserver tous ses employés, en plus de les consulter sur les décisions qu’il entend prendre.

«La première chose que je ferai, si j’ai la chance de devenir propriétaire, est de rencontrer les employés pour recueillir leur point de vue. Ce sont eux qui savent ce qui va bien et ce qui ne tourne pas rond!»

Est-ce que Power Corporation est prête à vendre «La Presse» qu’elle possède depuis 1967? Lui-même détenteur d’actions de Power Corporation, Graeme Roustan soutient avoir convaincu plusieurs autres actionnaires influents de l’intérêt de se départir des actifs médiatiques.

«Si l’entreprise se débarrassait de ses actifs jugés non essentiels, je pense que l’action pourrait doubler», conclut-il.

Rencontre spéciale

 «J’aimerais vous inviter à une rencontre ce mardi 8 mai, à 10h, au Palais des congrès de Montréal. Au plaisir de vous y voir, Pierre-Elliott Levasseur», peut-on lire dans le message.

Paul Gilbert, conseiller principal aux communications au quotidien a dit qu’il s’agissait d’une rencontre avec les employés comme l’entreprise en fait régulièrement. «Je ne pourrais pas vous dire l’objet, je l’ignore moi-même», a-t-il laissé tomber.

Joint par Le Journal, Charles Côté du Syndicat des travailleurs de l'information de La Presse a dit ne pas être au courant de la rencontre.

Rappelons que les pertes ne cessent de s’accumuler au sein du groupe d’entreprises comptant le quotidien La Presse. Les «autres filiales» de Power Corporation ont en effet perdu pas moins de 400 millions de dollars depuis le lancement de l’application La Presse +.

La Presse a mis fin à son édition papier en décembre 2017.

Avec la collaboration de Francis Halin du Journal de Montréal

Dans la même catégorie