/news/world

Leur voyage de rêve tourne au cauchemar

Une Québécoise meurt dans un accident de la route au Tennessee

Caroline Lepage | Agence QMI

Gracieuseté

Quelques heures avant de mourir dans un accident de voiture au Tennessee, une femme remerciait son amoureux de lui avoir fait vivre le plus beau voyage de sa vie.

Denis Grenier et Sylvie Corriveau venaient de passer plus de deux semaines aux États-Unis où ils avaient notamment visité la Floride et la Louisiane en voiture.

Ces passionnés de photographie avaient pris plusieurs clichés durant leur périple, comme ils le faisaient toujours depuis leur rencontre, il y a quatre ans.

C’est fini

Mme Corriveau avait célébré son 45e anniversaire durant ce road trip, qui s’est terminé par un dîner au Hard Rock Cafe, à Memphis, au Tennessee.

«Elle m’a dit que c’était le plus beau voyage de sa vie», confie M. Grenier encore ému.

Le 28 avril, l’homme de 57 ans conduisait leur Kia Soul sur le chemin du retour vers le Québec. Il roulait sur l’autoroute 40 près de Memphis. Il gardait une bonne distance avec le véhicule qu’il suivait. Lorsque la circulation a ralenti, il s’est immobilisé et quelques secondes plus tard, un poids lourd a violemment percuté par-derrière leur auto et d’autres voitures.

«Ça a kické. La tête voulait m’exploser. Le dos me brûlait», se souvient-il.

Après l’impact, M. Grenier s’est péniblement extirpé du véhicule et a interpellé sa conjointe.

«Je lui disais: ‘‘mon amour, mon amour...’’», relate-t-il.

Or, la femme inconsciente ne faisait que râler. Les secours ont pris en charge l’homme qui insistait pour demeurer auprès de sa femme, en vain.

«Elle n’a pas passé au travers. C’est fini», lui a dit un policier.

Il survit

À l’étranger, l’homme endeuillé était loin des siens pendant son hospitalisation. Par chance, il pouvait compter sur leur soutien grâce aux réseaux sociaux.

Après son congé de l’hôpital, il s’est confié à la serveuse d’un restaurant qui était tellement touchée par son malheur qu’elle lui a offert à boire et à manger gratuitement.

«Je me suis mis à pleurer», souffle le Drummondvillois.

Dans la même catégorie