/regional/montreal/montreal

Sociofinancement

Il amasse 100 000 $ pour aller étudier à Harvard

Carl Vaillancourt | Journal de Montréal

Gracieuseté

Un étudiant de 23 ans qui se donne comme mission d’améliorer l’éducation dans plusieurs pays a amassé 100 000 $ en trois mois pour poursuivre ses études à l’Université Harvard l’automne prochain.

Bénévole auprès des jeunes Montréalais défavorisés, impliqué dans plusieurs projets sociaux et étudiant à temps plein, Antoine Béland n’a pas chômé depuis son retour aux études en septembre dernier.

Celui qui termine un baccalauréat par cumul de certificats en sciences à l’Université de Montréal possède une feuille de route impressionnante. Déjà, à 21 ans, il travaillait chez les Frères des Écoles chrétiennes à Rome, où il coordonnait des programmes d’éducation auprès de dizaines de milliers de jeunes dans 77 pays.

Cette expérience lui a donné le goût de s’inscrire au programme de maîtrise en Politiques éducationnelles internationales (PEI), à Harvard.

À la fin de ses études, M. Béland espère intégrer l’équipe pour la Division des Transformations sociales et du dialogue interculturel de l’UNESCO, qui permet d’éduquer les jeunes de pays en voie de développement à la citoyenneté globale.

100 000 $ en 3 mois

Le 3 mars, il a reçu la confirmation de son admission à la prestigieuse université de Boston.

Toutefois, la réjouissance a été de courte durée puisqu’il devait trouver une façon de payer les frais pour son séjour universitaire, lui qui peut compter sur une bourse de 23 000 $.

Conscient de la tâche colossale, il a décidé de lancer une campagne de sociofinancement sur la plateforme GoFundMe.

«J’ai étudié une cinquantaine de campagnes similaires entre janvier et mars pour me donner des trucs», a relaté Antoine Béland.

À elle seule, la facture des frais de scolarité s’élève à 64 000 $, sans compter les coûts pour se loger sur le campus et se nourrir durant les neuf mois où il sera à Harvard. Selon son estimation, son année scolaire devrait lui coûter environ 90 000 $.

Toutefois, il doit avoir à sa disposition 105 000 $ le 25 mai, sans quoi il n’obtiendra pas son visa d’études.

Inconnus

Sa campagne a connu un tel succès sur les réseaux sociaux qu’il a dépassé 75 000 $. Sa grand-mère lui a consenti un prêt de 30 000 $ pour assurer sa place à Harvard. En moins de six semaines, il a été en mesure de recueillir la somme visée grâce aux réseaux sociaux.

«Je dirais qu’environ 2500 $ proviennent d’inconnus, et beaucoup plus de simples connaissances. Ils étaient fiers de donner pour une cause qui aura un impact sur l’éducation des jeunes. Tout passe par les réseaux sociaux. Ma campagne a été partagée plus de 500 fois», a-t-il fait part.

 

Dans la même catégorie