/regional/quebec/quebec

Objectif «costaud»

La Ville de Québec espère valoriser 82 % de ses déchets d’ici 10 ans

Jean-Luc Lavallée | Agence QMI

 - Agence QMI

Archives/Journal de Québec

La Ville de Québec ambitionne de valoriser 82 % des déchets produits sur son territoire d’ici 2028, un objectif «costaud» reconnaît le maire Régis Labeaume qui mise beaucoup sur la future collecte des résidus alimentaires.

Actuellement, la capitale provinciale valorise 55 % de ses matières résiduelles. Le reste est majoritairement brûlé par l’incinérateur situé dans le quartier Limoilou. Le gouvernement québécois impose aux municipalités une cible de 70 % d’ici 2023.

La Ville de Québec prévoit non seulement respecter cette cible d’ici cinq ans avec un nouveau plan de 82 actions, mais elle voit déjà beaucoup plus loin en visant 82 %, apprend-on dans sa Vision 2018-2028 pour une saine gestion des matières résiduelles dévoilée mardi matin en conférence de presse à l’hôtel de ville.

Sans changement comportemental, l’objectif ne sera pas atteint, a souligné le maire Régis Labeaume, insistant sur la collaboration essentielle des citoyens.

«Soyons honnête, c’est très ambitieux. D’ailleurs, la première fois qu’on me l’a présenté, je trouvais qu’on y allait un peu fort. Si on n’accompagne pas correctement (les citoyens), on n’y arrivera pas», a déclaré le maire. De grandes campagnes de sensibilisation auront lieu lorsque la collecte des résidus de tables sera lancée.

La mise en service de la plus grosse usine de biométhanisation du Québec, d’ici 2022, jouera un rôle significatif. «À la base, il faut qu’un individu décide que ses restants de table vont dans un autre sac. Ce n’est pas pour rien qu’on donne les sacs. On veut que ça soit le moins de trouble possible», a mentionné le maire.