/news/world

Arsenal nucléaire

Nouvelle menace de Pyongyang d'annuler le sommet avec Washington

Agence France-Presse

La Corée du Nord a menacé mercredi d'annuler le sommet prévu le mois prochain entre Kim Jong Un et Donald Trump si Washington essayait de la contraindre à renoncer unilatéralement à son arsenal nucléaire.

Si l'administration du président américain «nous met au pied du mur et exige unilatéralement que nous renoncions à l'arme nucléaire, nous n'aurions plus d'intérêt pour des discussions et nous devrions reconsidérer la question de savoir s'il faut accepter le sommet à venir entre la Corée du Nord et les États-Unis», a déclaré le ministre adjoint des Affaires étrangères Kim Kye Gwan cité par l'agence officielle KCNA.

Washington demande « la dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible » de la Corée du Nord.

Lors d'un sommet intercoréen rarissime le mois dernier à Panmunjom, village de la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule, M. Kim et le président sud-coréen Moon Jae-in ont réaffirmé leur engagement pour la «dénucléarisation totale» de la péninsule.

Mais cette formule est sujette à interprétation et le Nord n'a toujours pas rendu publiques les concessions éventuelles qu'il propose.

«Nous avons déjà exprimé notre disposition à établir une péninsule coréenne dénucléarisée et déclaré maintes fois que les États-Unis doivent mettre un terme à leur politique hostile envers la Corée du Nord et à leurs menaces nucléaires comme conditions préalables», a dit le ministre adjoint.

Par le passé, Pyongyang a exigé le retrait des troupes américaines déployées au Sud pour protéger Séoul de son voisin, de même que la fin du parapluie nucléaire américain sur son allié.

Le ministre nord-coréen a également tiré à boulets rouges sur le conseiller américain à la Sécurité nationale John Bolton, qui a évoqué le «modèle libyen» pour la dénucléarisation de la Corée du Nord.

Il s'agit d'une «tentative hautement sinistre de faire subir à la Corée du Nord le sort de la Libye et de l'Irak».

«Je ne peux retenir ma colère face à cette politique américaine», a souligné Kim Kye Gwan. Pyongyang «doute que les États-Unis veuillent vraiment améliorer les relations avec la Corée du Nord au moyen du dialogue et de la négociation», a-t-il ajouté.

Le Nord soutient depuis longtemps qu'il a besoin de l'arme atomique pour se protéger d'une invasion américaine. Après avoir renoncé à son programme nucléaire, le leader libyen Mouammar Khadafi avait été tué lors d'un soulèvement soutenu par des bombardements de l'OTAN.

Dans la même catégorie