/regional/montreal/montreal

«Les Montréalais ont droit de savoir ce qu’il en est»

Parc Jean-Drapeau: Valérie Plante veut connaître l’entente avec le Groupe CH

Sarah Daoust-Braun

 - Agence QMI

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

La mairesse de Montréal Valérie Plante croit que l’entente sur le prix du loyer entre la Société du Parc-Jean-Drapeau et le Groupe CH, qui possède le promoteur evenko, devrait être rendue publique.

«Je vais être très honnête avec vous, comme citoyenne, moi aussi ça m’intéresse de connaître cette entente-là», a-t-elle affirmé mardi en point de presse.

Selon Valérie Plante, les Montréalais ont le droit de savoir ce qu’il en est. «On est en droit [...] de voir comment on est concurrentiels par rapport aux autres festivals», a ajouté cette dernière.

Selon les calculs de «La Presse», le groupe CH dispose d’un bail avantageux et paierait un loyer trois fois moins élevé que certains festivals américains organisés dans des parcs publics et dirigés par des entreprises privées.

La Société du Parc-Jean-Drapeau (SPJD) et le Groupe CH n’ont pas voulu révéler le montant que paie le groupe pour la location du parc dans le cadre des festivals Osheaga, ÎleSoniq et Heavy Montréal.

En analysant la structure du contrat avec evenko et en faisant l’hypothèse que les festivaliers boivent trois bières par jour, «La Presse» a estimé le groupe paierait un loyer qui serait d’environ 5 $ CAN par spectateur.

En 2017, 135 000 personnes ont assisté au festival Osheaga.

Transparence

Valérie Plante n’est pour l’instant pas en mesure d’avoir accès aux chiffres puisque les règles sont «très étanches» entre la Ville et la SPJD, qui est un organisme paramunicipal.

Elle a rappelé que la société doit se conformer à la Loi sur l’accès à l’information, mais que ce genre d’information pourrait être accessible plus rapidement que par une demande formelle.

«On va discuter avec eux. Les conversations qui vont suivre vont aller dans ce sens-là», a ajouté Valérie Plante, qui a appelé la SPJD à faire preuve de transparence.

Le chef par intérim de l’opposition, Lionel Perez, croit aussi que l’entente devrait être dévoilée. «Il n’y a aucune raison pour laquelle ce genre d’information ne devrait pas être divulguée au public», a-t-il soutenu.

Selon l’élu, si on désire un monde plus transparent, ce genre de demande est tout à fait légitime et pertinente.

Un amphithéâtre à ciel ouvert, qui pourra accueillir jusqu’à 65 000 personnes en 2019, est d’ailleurs en construction au parc Jean-Drapeau jusqu’en décembre pour un coût de 73,4 millions $. La Ville de Montréal a versé 38,4 millions $ pour sa réalisation.