/finance/realestate

Greenwich Village

Une actrice payait un loyer de 28 $ à New York

TVA Nouvelles

Jusqu’à son décès, en mars dernier, une actrice payait un loyer de moins de 30 dollars par mois, pour habiter dans Greenwich Village, pourtant l’un des quartiers les plus prisés de New York.

Patricia O'Grady est décédée le 12 mars dernier après avoir été happée mortellement par une voiture alors qu’elle se promenait dans son quartier. Elle avait 84 ans.

Si sa carrière en théâtre n’a pas vraiment fait les manchettes, même durant ses 50 ans d’activités, Mme O'Grady fait beaucoup parler d’elle depuis son décès en raison de l’appartement qu’elle habitait depuis 1955.

De la Californie à New York

Deux semaines après avoir gradué de l’Université Berkeley, en Californie, Patricia O'Grady est déménagée à New York dans l’espoir d’y poursuivre une carrière sur les planches.

Avec trois copines, la Californienne a loué un modeste appartement de deux chambres, situé au dernier étage d’un bâtiment de quatre étages à vocation tant commerciale que résidentielle.

Les quatre jeunes femmes ont alors accepté de payer un loyer de 16$ par mois, et en échange, elles devaient balayer les corridors et garder les lieux propres.

Les années ont passé et les colocataires ont quitté les lieux, laissant l’actrice de Broadway seule dans l’appartement de deux chambres.

Un nouveau propriétaire surpris

Adam Pomerantz, qui a fait l’acquisition en 2002 de l’immeuble où habitait Mme O'Grady, a eu toute une surprise lorsqu’il a constaté qu’une de ses locataires payait un loyer si petit.À cette époque, l’actrice payait 26,45$ par mois pour son appartement. Le nouveau propriétaire s’est alors renseigné et a appris qu’il pouvait augmenter le loyer de Mme O'Grady de seulement 1,98$ par mois.

CNN

C’est ce qu’il a fait une fois, puis a décidé de laisser la dame tranquille. «Elle était juste vraiment gentille. Et elle était une bonne cliente de mon commerce», a confié M. Pomerantz à CNN. «De façon générale, elle était vraiment une bonne locataire», a ajouté celui qui possède un commerce de bagels dans l’immeuble voisin.

Une vie modeste

On peut lire dans l’avis de décès de la comédienne que Patricia O'Grady disait souvent avoir eu «une carrière d’actrice sans pouvoir vraiment en vivre».

CNN

La comédienne a pu avoir ce mode de vie pendant presque 60 ans en raison du faible coût de son loyer new-yorkais.

Un proche de la défunte a qualifié son appartement de «dépotoir avec du caractère».

Des travaux majeurs à faire

Trois ans après avoir acquis le bâtiment, Adam Pomerantz a finalement pu entrer dans l’appartement de l’actrice, une demande qu’elle lui refusait depuis 2002. Mais un problème de fuite d’eau l’a forcée à accepter la présence du propriétaire dans son antre.

«Je pense qu’elle avait honte des lieux et qu’elle était gênée de payer un loyer si petit», a déclaré M. Pomerantz à CNN.

CNN

Comme elle n’avait ni l’électricité ni l’eau chaude, son propriétaire a tout fait pour tenter de convaincre la dame d’effectuer des travaux pour mettre l’appartement à niveau.

«Je ne mérite pas ces travaux et ces modifications. Je ne paye pas assez de loyer pour ça. Tout est parfait comme ça», disait alors la dame à M. Pomerantz.

Malgré cela, l’homme d’affaires a décidé d’installer à Mme O'Grady un système de chauffage d’une valeur de 12 000$ (l’équivalent de 35 ans de loyer) pour aider l’actrice.

Mais elle ne l’a jamais utilisé. Par temps froid, la dame utilisait les deux foyers de l’appartement et le poêle pour se réchauffer.

CNN

Et si ce n’était pas assez, en plus du manque d’électricité, l’appartement ne possédait pas de douche. L’actrice se rendait quotidiennement dans un YMCA à proximité pour y faire sa toilette.

Adam Pomerantz va prendre les prochains mois pour rénover complètement l’appartement de deux chambres afin de le mettre sur le marché.

Si on se fie aux tendances immobilières actuelles, le loyer de Patricia O'Grady pourrait se louer entre 5000 et 7000 dollars par mois, une «légère» hausse par rapport à ce que payait la défunte actrice.

«J’ai été habitué de recevoir 28,43$ par mois pendant 16 ans, alors il n’y a pas de presse pour augmenter le loyer», a conclu M. Pomerantz.