/news/culture

Vente aux enchères

Vers un record pour une oeuvre de Borduas

Vanessa Guimond | Journal de Montréal

BEN PELOSSE/JOURNAL DE MONTRÉAL

Avec une évaluation qui se situe entre 3 M$ et 5 M$, tout porte à croire que le tableau Figures schématiques de l’artiste Paul-Émile Borduas comptera bientôt parmi les chefs-d’œuvre québécois vendus à un des montants les plus élevés lors d’une vente aux enchères.

Il faudra patienter jusqu’au 30 mai, date à laquelle se tiendra la grande vente printanière de la Maison Heffel, à Toronto, pour savoir si cette huile sur toile aux dimensions impressionnantes (129,9 x 195,3 cm) se taillera une place au sein de ce club sélect mené par les artistes Jean-Paul Riopelle et Jean Paul Lemieux.

« Cette vente, ce sera un jalon très important pour le marché de Borduas, a indiqué la directrice du bureau de Montréal de la Maison Heffel, Tania Poggione. C’est très attendu, en plus. Borduas est un artiste tellement important. Nous sommes honorés de présenter cette œuvre magistrale. »

Qualité muséale

Même si elle ne peut prédire le résultat de la vente, Tania Poggione n’hésite pas à présenter Figures schématiques, une œuvre qui a été créée à Paris en 1956, comme étant la pièce maîtresse de la vente du 30 mai.

« C’est probablement la plus grande toile de la période “noir et blanc” de l’artiste, sur le marché privé. Il s’agit donc d’une occasion exceptionnelle pour les collectionneurs qui veulent acquérir une œuvre de qualité muséale », a-t-elle souligné.

« D’ailleurs, c’est une œuvre qui a été faite au même moment que deux autres grandes œuvres qui sont exposées au Musée des beaux-arts de Montréal et au Musée des beaux-arts du Canada, à Ottawa, a-t-elle ajouté. L’artiste a créé des œuvres assez exceptionnelles durant cette période, et celle-ci en fait partie. »

Occasion unique

Les amateurs d’art qui le désirent pourront admirer gratuitement ce tableau, ainsi que quelques-unes des 117 autres œuvres qui seront mises aux enchères à ses côtés, à compter de mercredi et jusqu’à samedi, à la salle d’exposition de la Maison Heffel, à Montréal.

Parmi les pièces qui en valent le déplacement, on compte notamment deux Jean-Paul Riopelle, deux Jean Paul Lemieux (dont Le Cavalier dans la neige, évalué entre 700 000 $ et 900 000 $), ainsi que huit lots de Lawren Harris.

Les cinq tableaux québécois les plus chers:

Vent du nord

Jean-Paul Riopelle, huile sur toile, 1952-1953

Date de la vente : 24 mai 2017

Prix de vente : 7 438 750 $*

 

Sans titre

Jean-Paul Riopelle, huile sur toile, 1953

Date de la vente : 5 décembre 2017

Prix de vente : 7 128 450 $*

 

La forêt

Jean-Paul Riopelle, huile sur toile, 1953

Date de la vente : 9 décembre 2016

Prix de vente : 3 044 070 $*

 

Composition

Jean-Paul Riopelle, huile sur toile, 1951-1952

Date de la vente : 1er juin 2012

Prix de vente : 2 395 530 $*

 

Nineteen Ten Remembered

Jean Paul Lemieux, huile sur toile, 1962

Date de la vente : 24 novembre 2011

Prix de vente : 2 340 000 $*

 

* : prime d’achat d’environ 20 % incluse

►Né en 1905 à Saint-Hilaire, Paul-Émile Borduas est un des peintres québécois les plus influents. Créateur de l’automatisme, mouvement artistique d’avant-garde, il a rédigé le manifeste du Refus global, publié en 1948, qui lui a valu de perdre son poste d’enseignant à Montréal. Il a poursuivi sa carrière à New York. Il est mort à Paris en 1960.