/regional/montreal/montreal

Visée par une plainte de harcèlement

La mairesse de Villeray avait déjà été suspendue par Postes Canada

Yves Poirier | TVA Nouvelles

Au lendemain des révélations de TVA Nouvelles sur la mairesse de Villeray-St-Michel-Parc-Extension, forcée de travailler de la maison en raison d'une plainte de harcèlement, on apprend que Giuliana Fumagalli a été suspendue trois mois par son ex-employeur Postes Canada.

Dans une décision datant de janvier 2016 du Conseil canadien des relations industrielles, on découvre que la sanction initiale était toutefois plus sévère. Mme Fumagalli s'était effectivement fait mettre à la porte de Postes Canada parce que celle-ci s'était absentée sans autorisation du travail.

À LIRE ÉGALEMENT

La mairesse de Villeray forcée de travailler à la maison

Or le Syndicat des travailleurs et des travailleuses des postes a par la suite négocié un protocole d'entente qui prévoyait que le congédiement de Mme Fumagalli serait remplacé par une suspension de trois mois.

«Le 26 octobre 2015, le Conseil a reçu de Mme Giuliana Fumagalli une plainte de manquement au devoir de représentation juste, dans laquelle elle allègue que son syndicat, le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP), a enfreint l’article 37 du Code:

37. Il est interdit au syndicat, ainsi qu’à ses représentants, d’agir de manière arbitraire ou discriminatoire ou de mauvaise foi à l’égard des employés de l’unité de négociation dans l’exercice des droits reconnus à ceux-ci par la convention collective. Le Conseil a par la suite demandé que Mme Fumagalli remplisse le formulaire de plainte de manquement au DRJ. Le 18 novembre 2015, Mme Fumagalli a fourni plusieurs documents à l’appui de sa plainte», peut-on lire dans la décision du Conseil canadien des relations industrielles.

Toutefois, le Conseil a décidé de rejeter la plainte de Mme Fumagalli.

Par ailleurs, l'opposition prétend que Mme Fumagalli aurait invité l'hiver dernier des cols bleus à un «party de Noël» alors que ceux-ci auraient plutôt dû prendre part à une opération déneigement.

«Elle aurait invité des membres des cols bleus à un party de Noël, au mois de décembre. Pourtant, il y avait une nécessité d'aller faire du déneigement. Ça a retardé le déneigement cette soirée-là», prétend Lionel Perez, chef de l'opposition officielle.