/regional/montreal/montreal

Organisation paramunicipale

Le Parc Jean-Drapeau discutera des ententes confidentielles

Yves Poirier | TVA Nouvelles

Les administrateurs de la Société du parc Jean-Drapeau ont prévu de se rencontrer rapidement pour discuter des fameuses ententes commerciales confidentielles entre divers promoteurs, a appris TVA Nouvelles.

Les ententes ont suscité de vives réactions au cours des derniers jours, notamment celle de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui réclame plus de transparence de la part de l’organisation paramunicipale.

Joint par TVA Nouvelles mercredi, la présidente par intérim de la Société du parc Jean-Drapeau, Louise Champoux-Paillé, a indiqué, sans détour, qu’une rencontre était imminente à ce sujet, car le dossier soulevait certaines «préoccupations» chez les administrateurs.

Entre temps, la Société du parc Jean-Drapeau refuse de dévoiler les détails de l’entente de loyer conclue avec le Groupe CH, qui possède evenko.

Le promoteur evenko disposerait d’un bail avantageux et paierait un loyer trois fois moins élevé que certains festivals américains organisés dans des parcs publics et dirigés par des entreprises privées.

En entrevue, la relationniste de la Société du parc Jean-Drapeau, Geneviève Boyer, a expliqué que la porte n’était pas fermée face au dévoilement des ententes commerciales futures.

«On a l'ouverture à revoir la clause de confidentialité pour toutes les ententes futures qui seraient signées avec le parc Jean-Drapeau, avec nos promoteurs», a dit Mme Boyer.

En ce qui concerne evenko, la Société du parc Jean-Drapeau n'est pas en mesure de dévoiler le bail parce qu'il y a cette clause de confidentialité et qu'il faut l'approbation des deux parties.

Dans la même catégorie