/finance/realestate

Près de la porte Saint-Jean

Michel Brûlé a vendu sa luxueuse propriété

Pierre-Paul Biron | Journal de Québec

L’éditeur Michel Brûlé a récemment vendu sa maison de Québec pour près d’un million de dollars, mais cette décision ne serait en rien liée aux allégations d’inconduite sexuelle qui ont pesé sur lui à l’automne.

La luxueuse propriété du 5, rue Sainte-Ursule, située à proximité de la porte Saint-Jean dans le Vieux-Québec a été vendue 899 000 $ selon l’acte de vente daté du 11 mai dernier. Quelque 11 000 $ de mobilier s’ajoute à cette somme.

À LIRE ÉGALEMENT

D’autres ex-employées témoignent contre Michel Brûlé

Une écrivaine québécoise accuse Michel Brûlé d’agression sexuelle

Michel Brûlé au cœur d'une poursuite pour avoir lésé une auteure

Le courtier de Sotheby’s responsable de la vente assure toutefois que la transaction n’a rien à voir avec la tempête qu’a traversée l’éditeur, l’automne dernier.

Accusé par sept anciennes employées d’inconduites sexuelles, Michel Brûlé a aussi été poursuivi par une auteure qui s’estimait lésée dans la publication d’un ouvrage.

«Ce n’est pas nouveau cette décision de vendre ses maisons et ce n’est pas lié à ce qui s’est passé. [...] Avant même ce qui s’est passé en octobre, novembre dernier, ses maisons étaient à vendre depuis huit ou neuf mois», indique Martin Dostie à propos de la résidence de Québec et d’une autre maison de l’auteur située à Montréal, également en vente pour 2,3 M$.

Michel Brulé n’a pas donné suite à la demande d’entrevue du Journal.

Maison patrimoniale

De leur côté, les nouveaux propriétaires de la somptueuse résidence sont deux jeunes entrepreneurs de la région de Québec, Jérémie Gagnon et Samuel Wiss.

Questionnés par Le Journal sur leurs intentions, les acheteurs n’ont pas souhaité commenter la nouvelle pour le moment.

La propriété, construite en 1848, est répertoriée au Patrimoine culturel du Québec. Le courtier responsable de la vente précise que même si d’importantes rénovations ont été faites au cours des dernières années, la résidence sur quatre niveaux a conservé un cachet historique important.

«Il y a beaucoup de pierres un peu partout, donc même si l’ancien propriétaire a investi beaucoup dans la maison, elle a gardé son style. C’est très chaleureux», précise M. Dostie.

Plusieurs terrasses

La maison ancestrale, qui compte trois chambres à coucher et quatre salles de bains, est évaluée à 820 000 $.

Selon Sotheby’s, ses trois terrasses, dont une sur le toit, permettent à la résidence de se démarquer. « Il y a plusieurs balcons, mais c’est quand même très intime à l’arrière », souligne Martin Dostie.