/regional/montreal/montreal

Rue Rose-de-Lima

Saint-Henri : 10 conducteurs à contresens en moins d’une heure

Francis Pilon | Agence QMI

GEN-CONTRESENS-ROSE-DE-LIMA

FRANCIS PILON/24 HEURES/AGENCE QMI

Des résidents du quartier Saint-Henri à Montréal s’inquiètent pour la sécurité de nombreux conducteurs qui roulent sans cesse à contresens sur la rue Rose-de-Lima depuis 11 mois.

Cette dernière, située dans l’arrondissement du Sud-Ouest, est devenue un sens unique sur un tronçon entre les rues Notre-Dame et Workman depuis le mois de juillet dernier.

«Chaque fois que je passe en voiture ici, une fois sur deux, je vois une auto rentrer dans le "one-way" et être à deux doigts de terminer dans un face à face. C’est un vrai danger public», a soutenu Mario Allard, un résident du quartier.

10 véhicules fautifs

Face au non-respect de la signalisation et aux nombreuses plaintes des résidents, l’arrondissement du Sud-Ouest a ajouté des panneaux la fin de semaine dernière pour alerter les conducteurs du sens unique.

Une mesure peu efficace, comme a pu le constater le «24 Heures» qui s’est rendu sur place pour évaluer l’état de la situation lundi après-midi.

En moins d’une heure, dix véhicules ont roulé à sens inverse sur le tronçon de la rue Rose-de-Lima, malgré les nombreux panneaux de signalisation routière indiquant le sens unique. Parmi eux, un seul conducteur a fait demi-tour et a constaté l’infraction qu’il venait de commettre.

«Honnêtement, ça n’a pas rapport de mettre un sens unique sur moins de dix mètres, on ne le remarque même pas. Malgré tous les panneaux d’avertissement, ça sort de nulle part», a soutenu Kely-Anne Briffault, une conductrice qui a passé à deux doigts de rouler en sens inverse sur la rue Rose-de-Lima.

«Je ne vois pas comment c’est censé sécuriser le quartier comme ils l’ont dit. C’est davantage un coin parfait pour terminer avec une voiture accidentée», a-t-elle ajouté.

Situation temporaire

Dans un communiqué de presse de la Ville de Montréal émis en avril dernier, l’arrondissement du Sud-Ouest soutient que la rue Rose-de-Lima conservera sa configuration actuelle entre autres pour «la sécurité des citoyens du secteur».

«La rue Rose-de-Lima n’est pas terminée. C’est Denis Coderre, il y a quelques années, qui a fait arrêter le processus lorsqu’il a eu un conflit avec Benoit Dorais, le maire de l’arrondissement», a expliqué Craig Sauvé, conseiller municipal dans l'arrondissement du Sud-Ouest.

«Notre but, c’est d’allonger le sens unique jusqu’à la rue Saint-Jacques et ça sera plus clair et sécuritaire comme ça. La confusion sur le sens unique, c’est parce que ce n'est pas le produit final et on est justement en train de travailler sur la suite de la conception de Rose-de-Lima», a-t-il ajouté.

M. Sauvé a aussi souligné que la ville de Montréal ajoutera des bacs à fleurs et rétrécira la rue au cours des prochaines semaines pour sécuriser une fois de plus le tronçon à sens unique.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a confirmé au «24 Heures» que la rue Rose-de-Lima n’est pas une zone accidentogène pour le moment.