/news/world

États-Unis

Trump qualifie certains immigrants illégaux d'«animaux»

Agence France-Presse

Le président américain Donald Trump a qualifié mercredi d'«animaux» certains immigrants illégaux lors d'une table ronde sur les villes sanctuaires et les gangs, au premier rang desquels le MS-13, dont il a dénoncé la cruauté.

«Nous expulsons des gens du pays (...) vous ne pourriez pas croire à quel point ces gens sont méchants», a-t-il déclaré à l'occasion d'une discussion sur les municipalités de Californie qui refusent de coopérer avec les services de l'immigration du gouvernement fédéral.

«Ce ne sont pas des hommes, ce sont des animaux», a-t-il ajouté. «Nous les expulsons de ce pays à un rythme jamais vu auparavant», a-t-il encore ajouté.

«La loi californienne offre un refuge à certains des délinquants les plus vicieux et les plus violents de la terre, tels que les membres du gang MS-13», a-t-il lancé, déplorant que «des hommes, des femmes et des enfants innocents» soient «à la merci de criminels sadiques».

Ses propos ont suscité de vives réactions de la part d'élus démocrates. «Les immigrants sont des êtres humains. Pas des animaux, pas des criminels, pas des trafiquants de drogue, pas des violeurs. Ce sont des êtres humains», a souligné Jared Polis, élu du Colorado.

Reprenant l'un de ses arguments favoris, le président américain a par ailleurs estimé que l'afflux d'immigrants illégaux résultait du fait que les États-Unis disposent «des lois sur l'immigration les plus stupides au monde».

La Californie, État le plus peuplé du pays et bastion démocrate, est engagée dans un bras de fer légal et politique avec l'administration fédérale sur l'immigration.

L'administration fédérale a poursuivi en justice le «Golden State» pour le forcer à mettre fin à la politique des «sanctuaires» alors que la Californie a également démarré de nombreuses procédures judiciaires contre le gouvernement américain.

Dans la même catégorie