/news/currentevents

20 000 employés et sous-traitant

Vol d'équipement et d'informations confidentielles chez Radio-Canada

Agence QMI

WILLIAM LAPOINTE/JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

Les données personnelles d’environ 20 000 employés et sous-traitants de Radio-Canada sont à risque après qu’un cambrioleur a récemment volé du matériel informatique qui n’était pas crypté.

«L’équipement volé, même s’il est protégé par mot de passe, pourrait contenir des fichiers électroniques, dont certains renseignements personnels de nature financière de personnes ayant travaillé à CBC/Radio-Canada au cours des 18 derniers mois», mentionne la société d’État dans un communiqué.

La situation touche donc des employés actuels, des sous-traitants et d'anciens employés, pour un total de 20 008 personnes à travers le pays, a indiqué au «Journal de Montréal» un porte-parole de Radio-Canada, Douglas Chow.

Les informations personnelles diffèrent d’une personne à l’autre, mais le malfrat pourrait avoir accès à des renseignements bancaires comme des numéros de compte, des détails relatifs aux feuillets d’impôt, des relevés d’emploi ou même des numéros d’assurance sociale.

«Nous ne savons pas à 100% ce qui se trouve dans le matériel informatique volé. Nous agissons donc comme si le pire s’était produit», fait valoir M. Chow.

Voleur identifié

Le porte-parole de Radio-Canada n’a pas voulu dévoiler dans quelle ville ni même dans quelle province le vol et l’entrée par effraction ont eu lieu, afin de «ne pas nuire à l’enquête». Il assure que les images de caméras de surveillance ont permis aux policiers d’identifier l'auteur du larcin et qu’un mandat d’arrêt a été délivré contre lui.

La personne n’aurait dérobé que du matériel informatique.

La Gendarmerie royale du Canada et un corps d’une police locale non identifié enquêtent sur le dossier.

Toujours selon M. Chow, rien n’indique que le voleur soit parvenu à accéder aux données contenues dans le matériel informatique cambriolé, qui n’était pas crypté, ce qui permet de chiffrer des informations pour la rendre inaccessible à ceux qui ne possèdent pas la clé.

«Nous n’avons pas eu de plainte pour une tentative de vol d’identité. Nous sommes en train de revoir nos façons de faire afin qu’une telle situation ne se reproduise plus», indique-t-il. Des améliorations à la gestion des données et leur cryptage ainsi des changements à la sécurité physique des locaux de CBC/Radio-Canada pourraient être apportés.

Surveillance gratuite

Se disant «profondément désolée», la vice-présidente principale et chef de la direction financière de CBC/Radio-Canada Judith Purves a affirmé aux employés touchés qu’«un service de surveillance du crédit et d’assurance contre le vol d’identité» leur seront offerts gratuitement pour l’année à venir.

«Je veux que vous sachiez que nous faisons tout notre possible pour réduire les risques reliés à cet incident», écrit Mme Purves dans un message interne dont Le Journal a obtenu copie.

Une lettre a été envoyée à chaque personne concernée, où des précisions seront fournies quant aux données personnelles qui sont désormais à risque.

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a été informé de la situation, a dit CBC/Radio-Canada dans son communiqué.