/news/law

Palais de justice de Saint-Jérôme

En prison pour le vol de l’auto d’un ex-policier

Claudia Berthiaume

 - Agence QMI

COURTOISIE

Un criminel au lourd passé judiciaire a écopé jeudi de quatre ans de pénitencier pour avoir poignardé à la main un policier retraité afin de lui voler sa voiture.

Mickael Kane Landry a plaidé coupable à des chefs de vol qualifié, conduite dangereuse et délit de fuite, jeudi, au palais de justice de Saint-Jérôme.

Il était en liberté illégale lorsqu’il a commis ses crimes.

À la mi-mars, l’homme de 27 ans a été libéré du pénitencier de Cowansville, après avoir purgé les deux tiers de sa sentence pour des gestes violents envers son ex-conjointe.

Il devait séjourner dans une maison de transition, mais il a pris la poudre d’escampette pendant une dizaine de jours.

Le 27 mars, il a contacté un policier retraité de Blainville qui vendait une voiture de marque Infinity sur le site de petites annonces Kijiji, afin de faire un essai routier.

Pendant la balade, Kane Landry a poignardé à la main le propriétaire du véhicule pour prendre la fuite avec l’Infinity.

Des patrouilleurs ont retrouvé le fuyard une semaine plus tard sur le pont de l’autoroute 25, qui relie Laval à Montréal.

Trois accidents

Les policiers ont tenté d’intercepter Kane Landry un peu plus loin, alors qu’il était immobilisé à un feu rouge. Voyant ce qui se dessinait, le criminel a foncé dans trois véhicules se trouvant devant lui pour prendre de nouveau la fuite.

Les agents ont retrouvé l’Infinity accidentée par la suite, abandonnée par le conducteur. Un passager qui était demeuré sur les lieux a toutefois pu leur donner des informations qui ont permis de localiser Kane Landry.

Il a été renvoyé au pénitencier pour terminer de purger sa peine antérieure.

Jeudi, le jeune homme a écopé de quatre années supplémentaires, à la suggestion commune de Me Julie Lefebvre Côté, de la Couronne, et de Me Anne-Marie Maisonneuve, de la défense.

Le juge Michel Bellehumeur l’a également condamné à une interdiction de conduire de deux ans, qui entrera en vigueur dès sa sortie de détention.

– Avec la collaboration de Christian Plouffe