/news/politics

Plus d'argent nécessaire

«La francisation ne donne pas un revenu décent»

TVA Nouvelles

Les propositions de la Coalition avenir Québec sur l’immigration continuent de faire réagir. Si le parti de François Legault est élu le 1er octobre dernier les immigrants devront réussir un test des valeurs québécoises, prouver qu’ils ont fait des démarches pour trouver un emploi et auront trois ans pour apprendre le français.

Hier soir, dans un débat enflammé sur les ondes de LCN, Régine Laurent, Bernard Drainville, Dalila Awada et Richard Martineau se sont prononcés sur cette stratégie d’immigration proposée par la CAQ. Un seul point de la proposition a été bien reçu, celui de la francisation des immigrants.

À LIRE ÉGALEMENT

Débat enflammé sur l’immigration à LCN

Richard Martineau et Dalila Awada se livrent à des échanges musclés

Mais selon une enseignante en francisation des immigrations, Tania Longpré, les nouveaux arrivants n’ont pas la capacité de suivre ces cours assidûment parce que les budgets ne sont pas assez importants pour qu’ils puissent avoir un «salaire pour apprendre»

«Si je vous demande si ça vous intéresse de venir à temps plein apprendre le français pour quatre dollars de l’heure, vous allez me dire que vous préférez aller travailler chez McDonald’s au salaire minimum», dit-elle en entrevue au Québec Matin.

«La francisation ne donne pas un revenu décent pour que les gens puissent subvenir à leurs besoins adéquatement (...) c’est certain qu’un adulte qui arrive ici ce qu’il veut faire c’est payer son appartement, payer ses comptes, subvenir à ses besoins, subvenir aux besoins de ses enfants», conclut Mme Longpré.

Dans la même catégorie