/finance/homepage

Étude de la SCHL

Le prix des terrains a augmenté de plus de 200% sur 20 ans à Montréal

TVA Nouvelles

L’emplacement de notre propriété a une influence plus grande qu’on ne le croit sur son prix.

C’est ce que vient de confirmer une étude de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

L’étude montre aussi qu'il y a une grande disparité dans les prix des terrains et qu'il vaut mieux s’informer de cette réalité quand on est à la recherche d'une aubaine.

«Les croissances varient entre 200 et 400% sur une période de 20 ans. Dans certains secteurs, les croissances sont plus fortes. On peut penser au Plateau-Mont-Royal, au Sud-Ouest et Pierrefonds-Roxboro» explique Francis Cortellino, analyste en chef à la SCHL.

Le prix des terrains atteint en moyenne 44 dollars le pied carré sur l’île de Montréal. Mais on peut payer jusqu'à trois fois plus dans certains secteurs.

Dans les quartiers matures, comme le Plateau-Mont-Royal, Outremont ou Westmount, le même pied carré vaut plus de 140 dollars.

Les meilleures aubaines se trouvent dans les bouts de l'île de Montréal.

«Dans les secteurs comme Senneville et Sainte-Anne-de-Bellevue, souvent, les terrains sont très grands, comparés à d'autres secteurs de l'île de Montréal. Donc ça fait drastiquement baisser la valeur moyenne», vient illustrer Francis Cortellino.

Si vous lorgnez un terrain à Laval ou dans l'agglomération de Longueuil, vous paierez 31 ou 23 dollars le pied carré. Il vous coûtera 19 dollars à Boucherville ou à Saint-Bruno, mais 39 dollars à Saint-Lambert.

Sans surprise, on trouve les terrains les moins chers en s'éloignant dans les couronnes nord et sud.

Résultat: le prix moyen d'une unifamiliale dans les banlieues plus éloignées est d’environ 290 000 dollars alors qu’il se situe à un demi-million de dollars à Montréal. Ça vient expliquer en partie l’étalement urbain.

Dans la même catégorie