/sports/homepage

Victoire de 4-2

Les Golden Knights prennent l’avance

Jonathan Bernier | Agence QMI 

Il y avait deux mois que les Jets n’avaient pas subi deux revers de suite. À aucun moment, depuis le début du tournoi, ils n’avaient tiré de l’arrière dans une série. C’est maintenant chose du passé.

Deux buts de Jonathan Marchessault, dont le premier inscrit avec à peine 35 secondes d’écoulées à la rencontre, ont mené les Golden Knights de Vegas à un gain de 4 à 2, mercredi soir, au T-Mobile Arena.

Pour ouvrir le pointage, Marchessault s’est servi de la même feinte que celle qui lui avait permis de faire scintiller la lumière rouge à deux reprises lors du second affrontement.

«On s’attendait à ce que les Jets sortent forts. Donc, qu’on ait le premier aussi tôt, ce fut gros pour nous», a lancé le Québécois auteur de quatre des neuf buts des Knights dans cette série.

Relâchement à éviter

Grâce à ce gain, les Golden Knights prennent les devants 2 à 1 dans cette finale de l’Association de l’Ouest. Depuis le printemps de 1975, l’équipe qui remporte le troisième match d’une finale ou d’une demi-finale d’association égale 1 à 1, a remporté la série 81,4 % du temps (35-8).

Pour augmenter ce pourcentage, la troupe de Gerard Gallant devra faire gaffe de ne pas s’asseoir sur ses lauriers comme ce fut le cas, mercredi. Après avoir limité les Jets à trois maigres tirs en première période, les locaux ont vu Marc-André Fleury être bombardé de 32 tirs lors des 40 dernières minutes de jeu.

«On a relaxé. Dès qu’ils ont marqué leur premier but, on s’est mis à jouer sur les talons, a expliqué Marchessault. Je crois qu’on a appris de ça. Il ne faut pas changer notre façon de jouer. Il faut continuer d’appliquer de l’échec-avant, bien jouer défensivement et éviter de donner des chances.»

Les acrobaties de Fleury

Justement, il a fallu que Fleury se lève pour éviter que ce match glisse des mains de ses coéquipiers. Des arrêts sur Paul Stastny et sur Tyler Myers, parvenu seul devant lui, ont permis au Golden Knights de préserver leur mince avance.

Et que dire des deux larcins qu’il a commis aux dépens de Mark Scheifele à mi-chemin de la troisième période! Deux arrêts réalisés coup sur coup, dont le dernier à la suite d’un plongeon désespéré, qui ont privé l’attaquant des Jets d’un tour du chapeau.

«Le premier arrêt, c’était un peu plus calculé. Disons que le deuxième a été un peu plus garroché. J’ai simplement essayé de placer mon corps le plus possible devant la rondelle», a expliqué la première étoile du match.

Scheifele emplit le filet

Par ailleurs, les deux buts de Scheifele portent à 14 son total depuis les débuts du tournoi. Il n’est plus qu’à cinq du record détenu conjointement par Reggie Leach (1976) et Jarri Kuri (1985). L’attaquant des Flyers avait accompli l’exploit en 16 matchs, contre 18 pour celui des Oilers. Pour sa part, Scheifele a maintenant disputé 15 rencontres.

De plus, l’athlète de 25 ans a inscrit 11 buts sur les patinoires adverses. Onze buts réussis sur 17 lancers (65 %). Une statistique plus qu’impressionnante.

Pendant ce temps, Patrik Laine s’est transformé en courant d’air. Timide depuis le début de cette confrontation, il n’a récolté qu’un seul point (un but) en trois matchs.

Hier soir, le poteau qu’il a frappé à la droite de Fleury, au cours de la deuxième période, est le seul moment où le Finlandais s’est fait remarquer.

James Neal et Alex Tuch ont été les autres marqueurs des Golden Knights

David Perron a raté un deuxième match de suite. Il s’était pourtant entraîné avec ses coéquipiers en matinée. De côté des Jets, Nikolaj Ehlers était absent.