/news/politics

CHRONIQUE

L’immigration, «c’est un contrat qui se signe à deux»

TVA Nouvelles

L’immigration risque d’être l’un des sujets chauds de la prochaine campagne électorale, particulièrement en raison des propositions de la CAQ de François Legault, qui veut faire passer un test des valeurs aux nouveaux arrivants, et les renvoyer s’ils échouent.

Au lendemain du débat diffusé sur les ondes de LCN à ce sujet, Richard Martineau en tire une conclusion : l’immigration est un contrat qui se signe à deux.

À LIRE ÉGALEMENT

Débat enflammé sur l’immigration à LCN

Richard Martineau et Dalila Awada se livrent à des échanges musclés

Le test des valeurs de la CAQ devra se faire à visage découvert

«Le succès d’une intégration réussie repose en grande partie sur la société d’accueil, mais aussi sur les épaules de l’immigrant. Essayez de vous faire servir en français dans le quartier chinois à Montréal : Bonne chance, Good Luck!», explique Richard Martineau dans le cadre de sa chronique «Réveillez-Vous» diffusée au «Québec Matin».

Selon lui, certains immigrants sont branchés sur leur pays, que ce soit par la télévision ou la radio, et connaissent très peu la culture de leur pays d’adoption.

Le commentateur donne en exemple des modèles d’intégration à la société québécoise : Sugar Sammy, Boucar Diouf, Adib Alkhalidey.

«Ce sont des gens qui ont voulu faire partie du Québec et on les a embrassés! »

L’immigration, «c’est un contrat qui se signe à deux», conclut le chroniqueur.

 

Dans la même catégorie