/regional/troisrivieres/mauricie

Fin du lock-out

Retour au travail difficile pour les professeurs de l'UQTR

Émilie Vallée | TVA Nouvelles

Frustration, confusion, malaise: la rentrée au travail après deux semaines de lock-out ne s'est pas faite dans l'harmonie jeudi matin à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Les professeurs se sentaient carrément laissés à eux-mêmes.

«Le message que j'ai reçu du recteur c'est: "je lève le lock-out et les profs, débrouillez-vous!"», a lancé Marc Germain, professeur du département de biologie médicale.

Le syndicat croit qu'il y a de nombreux pots cassés à réparer. «Le lock-out est un processus sauvage, irréfléchi et irresponsable», a dit le président du syndicat, Ismaël Biskri.

Il n'a pas non plus l'intention de retirer la plainte au Tribunal administratif du travail concernant l'envoi des offres patronales par courriel aux professeurs.

La direction de l'UQTR dit faire le maximum pour régler les problèmes qui pourraient survenir au cours des prochains jours. Pour ce qui est des soutenances de thèses, on assure que tout sera reprogrammé selon les disponibilités des étudiants et de leurs professeurs.

«Les étudiants qui ont besoin de leurs notes pour graduer sont une priorité et les professeurs ont jusqu'au 28 mai pour remettre les notes. Pour les autres étudiants, ils ont jusqu'au 1er juin», a expliqué le porte-parole de l'UQTR, Jean-François Hinse.

Les négociations se poursuivent entre les deux parties qui doivent en venir à une entente d'ici le 15 juin.

Dans la même catégorie