/news/politics

Un montage financier «irréaliste»

La CAQ dit non à la ligne rose

Marc-André Gagnon | Agence QMI 

Si la Coalition avenir Québec est portée au pouvoir le 1er octobre prochain, François Legault dira «non» à la ligne rose promise par la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Après plusieurs discussions, les membres du caucus caquiste en sont arrivés à la conclusion que le montage financier présenté par la mairesse Plante est «irréaliste», a appris notre Bureau parlementaire.

À LIRE ÉGALEMENT

Non à la ligne rose de Valérie Plante: une question de choix

Un site internet pour attaquer la crédibilité de la CAQ

La CAQ veut réduire l’attente à 90 minutes en moyenne à l'urgence

3e lien: Bonnardel promet des chiffres, recule et s’excuse

Tandis que libéraux et péquistes ont décidé de faire du projet de ligne rose une priorité, un document confidentiel obtenu par «Le Journal de Québec» révèle que la Coalition avenir Québec (CAQ) proposera plutôt aux électeurs d’accélérer la construction du REM et d’investir dans les couronnes.

Deux fois plus cher, sinon plus

Malgré l’intérêt pour la ligne rose manifesté par une majorité de Montréalais qui ont voté pour Valérie Plante aux dernières élections municipales, les élus de la CAQ craignent que sa réalisation coûte au moins 10 milliards $, «sinon encore bien davantage», peut-on lire dans le document.

Comme le prolongement de la ligne bleue, sur seulement 6 kilomètres, coûtera 4 milliards $, la CAQ ne voit pas comment une nouvelle ligne de 29 kilomètres pourrait coûter seulement 5,9 milliards $, tel qu’avancé par Projet Montréal.

«On dit non à la ligne rose, ce n’est pas un bon projet», a résumé une source bien informée.

Le chef caquiste a d’ailleurs commencé à ouvrir son jeu, cette semaine, lors d’une mêlée de presse à Québec.

«On va avoir des annonces à faire pour l’est de Montréal, a dit M. Legault. On a des discussions actuellement sur la ligne rose... Est-ce que c’est prioritaire d’avoir la ligne rose, ou d’avoir du transport en commun vers l’est de Montréal, vers Laval, vers Longueuil, vers la Rive-Sud?»

Inspiration ontarienne

Contrairement au Parti québécois, qui avec son «grand déblocage», propose de larguer le REM pour mieux desservir l’est de Montréal avec un réseau de tramway et d’autobus rapides, la CAQ, qui en est encore à peaufiner son propre plan de décongestion, proposera une mise en chantier beaucoup plus rapide et moins coûteuse du REM. Les économies réalisées seraient ensuite réservées pour étendre éventuellement le REM à d’autres secteurs.

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, la CAQ souhaite que son plan de transport soit aussi audacieux que le «Grand Projet», ou «Big Move», un vaste projet d’expansion du réseau de transport collectif entamé il y a une dizaine d’années dans la région du grand Toronto et de Hamilton, en Ontario.

La mairesse sera déçue

Comme la CAQ demeure en tête des intentions de vote depuis plusieurs sondages, c’est la mairesse Plante qui risque de mal digérer la nouvelle.

Rappelons que lors de l’annonce de son projet de ligne rose, l’automne dernier, la chef de Projet Montréal avait expliqué qu’elle souhaitait profiter d’un «momentum», créé par la volonté affichée entre autres par le gouvernement Couillard de financer des infrastructures en transport collectif.

Le plan de décongestion de la CAQ

Inspiré du «Grand Projet» ou «Big Move» de Toronto

Mettre de côté le projet de ligne rose à 5,9 milliards $ de Valérie Plante

Prendre l’argent pour désengorger notamment la ligne orange, par exemple, avec la mise en place d’une ligne de transport en surface dans l’est de Montréal

Privilégier la mise en chantier beaucoup plus rapide et à moindre coût du REM

Profiter des économies pour prévoir une extension éventuelle du REM

Prévoir également des mesures pour soulager les automobilistes pris dans le trafic

La ligne rose de Valérie Plante, en bref

Coût: 5,9 milliards $, selon Projet Montréal

29 km de métro, dont 8 km en surface, 29 stations

Relierait Montréal-Nord à Lachine en passant par le centre-ville, en 22 minutes

Financée par Québec et Ottawa

Durée des travaux estimée: de 2021 à 2028

Dans la même catégorie