/news/techno

«La ville des 100 ponts»

Wroclaw, la Venise polonaise

Sylvie Ruel | Agence QMI

La Pologne a été le pays le plus durement touché durant la Seconde Guerre mondiale. Plusieurs villes ont été détruites, mais la plupart ont su renaître de leurs cendres. Lorsque nous déambulons dans les rues de Wroclaw, quatrième ville de la Pologne, nous avons peine à croire que de nombreux bâtiments n’ont guère plus de 70 ans tant ils ont été fidèlement reconstitués comme à l’époque.

On la nomme «la Venise polonaise » ou «la ville des 100 ponts». Car cette ville du sud-ouest de la Pologne est traversée par le fleuve Oder et constituée d’une douzaine de petites îles qu’enjambe plus d’une centaine de ponts.

Le pape Jean-Paul 2 pour sa part l’avait appelée «la ville des rendez-vous». Car Wroclaw est un mélange de cultures: autrichienne, allemande, tchèque, polonaise. Si son histoire est faite de dominations, elle a bel et bien retrouvé son identité et ses racines à la fin de la guerre. Wroclaw a en effet tour à tour été dominée par la Bohème, par les Habsbourg au 16e siècle et par la Prusse en 1741. Elle portait le nom de Breslau sous l’empire allemand avant de revenir à la Pologne à la fin de la dernière guerre.

Elle a été élue capitale de la culture européenne en 2016.

Tour de ville

La grande place (Rynek) au cœur de la ville médiévale saura séduire le visiteur avec ses maisons colorées de style gothique, renaissance et baroque, la plupart restaurées après la dernière guerre. La place est dominée par le grand marché et par l’hôtel de ville dont la façade flamboyante et la silhouette complexe ne laissent personne indifférent. La construction du bâtiment s’est étalée du 13e au 16e siècle, lui conférant ainsi toute une mosaïque de styles architecturaux.

Pour rencontrer les habitants de la ville, on se dirige vers la fontaine de verre, au centre de la grande place. On y croisera sûrement les petits gnomes de bronze de cinq centimètres de haut, qui semblent s’amuser aux dépens des passants. On les trouve un peu partout dans la ville : tantôt adossés à un réverbère, postés sur le rebord d’une fenêtre, tantôt à l’entrée de l’université... Puis, on emprunte à pied la rue des Anciennes boucheries, une rue pavée qui nous donne une idée de la ville aux siècles derniers. Les anciennes boutiques des bouchers abritent aujourd’hui des galeries et ateliers d’artistes.

Tour des îles

Sur les petites îles formées dans la ville, on repère les bâtiments historiques de Wroclaw, dont les couvents et les églises, telle celle de Notre-Dame-du-Sable avec sa collection de jouets animés. S’y trouve également le quartier historique Ostrow Tumski, dont l’origine remonte au 10e siècle. On peut y voir de nombreux bâtiments intéressants, dont la cathédrale Saint-Jean-Baptiste avec ses nombreuses chapelles incorporées. On traverse aussi le pont Tumski, sur lequel les amoureux vont « cadenasser » leurs amours. Dans ce quartier paisible, on peut observer à la nuit tombante le va-et-vient des allumeurs de réverbères.

Et pas très loin de là, on peut se récréer loin des bruits de la ville dans les jardins botaniques avec leurs vastes plans d’eau remplis de canards. Wroclaw a un souci pour la qualité de vie : elle possède 40 parcs et plusieurs pistes cyclables avec un service de «bixis».

Chez les étudiants

Ce qui fait aussi son charme, c’est qu’elle est une ville étudiante animée. On rencontre les étudiants sur la grande place, on les voit attablés dans les cafés et restaurants autour de l’Université. Cette fameuse université fondée en 1702 et son bâtiment baroque bâti sous le règne de l’empereur Léopold 1er des Habsbourg méritent un détour. Il faut voir la salle Léopoldine, une salle du 18e siècle ornée d’angelots et de dorures avec son plafond couvert de fresques. Cette salle, que visitent de nombreux touristes, sert à la remise des diplômes des étudiants. Sur le toit de l’édifice, nous aurons une très belle vue sur la ville.

Lorsqu’ont lieu des manifestations sportives à Wroclaw, c’est dans la Halle du centenaire qu’elles se tiennent. Cet immense bâtiment circulaire en verre et béton, où peuvent se réunir 10 000 personnes, a accueilli le congrès des jeunesses hitlériennes et le congrès eucharistique de Jean-Paul 2. À côté du bâtiment, dans les jardins décorés de fontaines, sont offerts en continu des spectacles son et lumière durant l’été.

La ville possède de nombreux musées: le Musée national avec ses collections anciennes et sa collection d’art contemporain, musée d’archéologie, musée militaire, musée d’architecture... Et un jardin zoologique, l’un des plus anciens d’Europe, avec presque 5000 pensionnaires, dont une grande section réservée aux animaux d’Afrique.

Repères

Manger

- Kurna Chata, dans le quartier de l’université. Pour une cuisine traditionnelle à bon prix. Rue Odrzanska 17.

- Bistro parisien, au cœur de la vieille ville, sur la rue Nozownicza. On y sert une cuisine française dans un décor traditionnel parisien.

- K2. Un minuscule salon de thé décoré de couleurs pastel qui offre des pâtisseries et des thés dans une atmosphère intimiste. Sur la rue Kielbasnicza.

Dormir

- Hôtel Patio, au cœur de la vieille ville, à 100 mètres de la grande place; 50 chambres confortables, resto et bar.

- Hôtel Duet, à cinq minutes à pied du centre-ville. Grandes chambres et excellent restaurant.

Sites utiles

- www.wroclaw.pl

- www.visitpoland.com

- www.polska.pl