/regional/abitibi

Après des problèmes de digestion

Elle ne mange aucun sucre depuis trois ans

David Prince | Journal de Montréal 

Christian Leduc

Une femme de l’Abitibi n’a pas pris de sucre depuis trois ans, même pas dans les fruits, et dit n’avoir jamais été aussi bien.

Netta Gorman se sent parfois comme Alice au pays des merveilles tellement elle vit dans un monde parallèle, puisque le sucre est partout.

«Le plus difficile est la pression sociale et le regard des autres. Les gens me jugent et me trouvent excessive. Or, je pète le feu et je me sens bien. Le goût du sucre est parti avec le temps et ça ne me manque pas, parce que je n’aime plus ça», a dit Mme Gorman.

La femme de 48 ans de Rouyn-Noranda adorait pourtant comme tout le monde le chocolat, les biscuits et les barres tendres comme collation. Mais en 2015, elle a consulté pour des problèmes de digestion, et une spécialiste américaine lui a conseillé de ne pas manger de sucre, de grains et de produits laitiers pendant deux semaines.

«Je la trouvais folle ! Qu’est-ce que j’allais manger, des glaçons ? J’ai été en sevrage de sucre pendant une semaine. C’était comme une grippe. J’étais alitée et j’avais mal à la tête. Pour moi, c’était comme se défaire d’une drogue. Pourtant, je croyais ne pas manger tant de sucre que ça. Mais même peu, c’est trop pour le corps», a-t-elle dit.

La deuxième semaine, elle s’est sentie revivre. Elle avait plus d’énergie que jamais et allait vraiment mieux.

Même si le sucre n’était pas à l’origine de son problème de digestion, elle n’en a jamais repris, même pas dans les fruits plus sucrés, comme les oranges.

«C’est vrai que le sucre n’est pas nécessaire pour le corps. Mais je ne recommanderais pas aux gens de se priver de fruits, parce que la quantité de sucre est minime et qu’on y retrouve beaucoup de vitamines», soutient pour sa part la nutritionniste Sylvie Laflamme.

Gras

Netta Gorman mange de la viande, du poisson, des noix, des légumes et quelques fruits moins sucrés. Étonnamment, elle consomme une bonne part de gras non transformés que l’on retrouve dans la crème ou le beurre.

«Les aliments que je mange me rassasient pendant longtemps, ce qui n’est pas le cas de la plupart des aliments transformés qui contiennent du sucre. Je peux donc manger moins souvent», dit-elle.

Variété

Avec l’omniprésence du sucre dans les produits alimentaires, on pourrait croire qu’il est difficile de manger de la variété sans sucre. Or, selon l’auteur Robb Wolf, il existe 80 000 repas différents que l’on peut prendre sans sucre.

«Il faut prendre conscience que le sucre n’est pas partout. Il est surtout dans les produits transformés et emballés. Mon conseil pour commencer est d’éliminer tout ce qui est dans des boîtes ou des sachets», dit Mme Gorman, qui pèse 112 livres.

Ma vie après le sucre

Netta Gorman n’est pas une gourou antisucre ni une nutritionniste. Mais elle lancera le 1er juin un site internet où elle donnera de l’information sur le sucre et la façon de s’en passer.

«Je ne dis pas aux gens quoi faire. Je suis enseignante, pas nutritionniste. Je les éduque et renseigne. Par la suite, chacun fera ses propres choix. Mais au moins, ce sera en connaissance de cause», a-t-elle dit.

Le site mavieapreslesucre.ca permettra donc aux gens de réduire ou d’arrêter le sucre complètement.