/news/politics

Monopole de la SAQ

Le PQ accuse la CAQ d’en faire un enjeu purement idéologique

Agence QMI

Le Parti québécois soutient que la libéralisation du marché de l’alcool ne serait pas bénéfique pour les Québécois, contrairement à ce qu’avance la Coalition avenir Québec (CAQ).

«Le Journal de Québec» révélait jeudi qu’un gouvernement caquiste mettrait fin au monopole de la Société des alcools du Québec (SAQ), notamment parce que les consommateurs profiteraient alors d’un plus large éventail de produits à moindre coût.

Cependant, le Parti québécois, loin de partager cette idée, assure que les prix de la SAQ sont déjà très compétitifs.

«Pour les vins et les spiritueux, quant aux prix, le Québec est numéro un au Canada, et quant aux cinq produits les plus consommés, le Québec est moins cher que l’Ontario», a dit jeudi le leader parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, se basant sur des données gouvernementales obtenues lors de la plus récente étude des crédits budgétaires.

«Si ça ne rapporte pas aux consommateurs, si ça ne rapporte pas à l’État, ça rapporte à qui ? Sinon de réaliser un certain nombre de fantasmes d’idéologie de privatisation du Québec», a ajouté M. Bérubé.

Le PQ croit pour sa part qu’il est logique que les profits obtenus par la vente d’alcool «servent aux missions essentielles», comme le financement des réseaux de la santé et de l’éducation.

Dans la même catégorie