/regional/homepage

12 dossiers à la Régie

Un «vrai bougon» part encore sans payer son loyer

Pierre-Jean Séguin | Le Journal de Montréal

Simon-Pier Ouellet, Agence QMI

Un locataire fraudeur qui multiplie les jugements contre lui à la Régie du logement vient encore une fois d’abandonner son logis sans payer.

Denis Normand et sa conjointe ont déménagé tous leurs biens de l’appartement qu’ils habitaient depuis quelques mois sur la rue Migneault à Gatineau.

Ils n’ont pas payé un sou à la propriétaire Nathalie Paquette qui a acheté l’immeuble et hérité des locataires en février dernier, malgré un bail à 725$ par mois,

«Je n’ai jamais vu ça quelqu’un faire du mal comme ça. Je ne comprends pas pourquoi il n’est pas en prison aujourd’hui», a déploré la propriétaire en regardant son locataire plier bagage jeudi.

Denis Normand n’en est pas à sa première victime.

Celui qui est surnommé le locataire mauvais payeur à Gatineau a été condamné à trois mois de prison pour fraude en juin 2017, alors qu'il a berné des propriétaires de logements afin de se trouver un toit.

Depuis sa sortie de prison, l’homme a déjà fait deux nouvelles victimes.

En plus de Mme Paquette, la Régie du logement l’a condamné en décembre dernier à payer 4200$ de loyers à un propriétaire de Gatineau.

Au cours des 20 dernières années, l’homme a accumulé 12 dossiers contre lui à la Régie du logement.

«Il continue! Il n’y a rien qui l’arrête. Il y a quelque chose qui ne marche pas à la Régie du logement», dénonce Mme Paquette.

Présence policière

Pour s'assurer que personne ne s'en prenne à lui et à sa conjointe, M. Normand a obtenu la présence de deux policiers de Gatineau pour son déménagement.

L’homme s’est réfugié dans un taxi pour fuir nos questions lors de notre passage pendant son déménagement.

«Qu’est-ce que j’ai à dire pour ma défense? 28 juin», a-t-il simplement dit, faisant référence à sa date de comparution devant la Régie du logement.

Bien qu’elle savoure le départ de son locataire, Mme Paquette ne se fait pas trop d’illusions à l’idée de retrouver les montants des trois mois de loyers perdus, soit 2175$.

Le locataire est parvenu à lui faire signer un papier disant qu'il n'aurait pas à payer s'il acceptait de quitter les lieux.

«C’est un manipulateur! Mais au moins je peux recommencer à vivre», se réjouit la femme.

Dans la même catégorie