/news/law

Drummondville

Comparution d’un médecin suspecté de crimes à caractère sexuel sur deux mineurs

Natacha Lavigne | TVA Nouvelles

 - Agence QMI

Quatre chefs d’accusation pèsent dorénavant contre le Dr Vincent Simard, qui a comparu vendredi au palais de justice de Drummondville. Il est entre autres accusé de contact sexuel sur un mineur et d’agression sexuelle sur un mineur.

L’omnipraticien de 34 ans a été remis en liberté par la juge Marie-Josée Ménard, sous plusieurs conditions.

Il lui est notamment interdit d’entrer en communication avec les deux plaignants, de se trouver dans un parc, une zone publique ou tout autre lieu où pourrait se trouver un mineur.

Vincent Simard pourra continuer de pratiquer la médecine, à condition d’être accompagné d’une personne de confiance.

Le dossier du médecin accusé de crimes à caractère sexuel devrait être de retour au tribunal, le 10 août prochain.

Onde de choc

L’accusé était très impliqué dans sa communauté, autant sur la scène médicale que théâtrale. Il a entrepris sa pratique médicale à Drummondville en 2010, en se consacrant à des cliniques médicales et aux patients de l’Hôpital Sainte-Croix.

La direction de l’établissement de santé n’a pas voulu émettre de commentaire, comme le dossier est devant les tribunaux, mais a évoqué une «tolérance zéro» en matière d’agressions sexuelles et de violence.

Vincent Simard a également participé à plusieurs pièces de théâtre et accompagnait la chorale Les Gospangels, qui accueille des gens entre 12 et 35 ans.

Comme le dossier est frappé d’un interdit de publication, la Couronne n’a pas voulu préciser si les faits reprochés sont en lien avec sa profession.

Dans la même catégorie