/finance/homepage

Hydro-Québec

10,2 milliards $ payés en trop à cause des énergies alternatives

Charles Lecavalier et Marie-Christine Trottier | Agence QMI

 - Agence QMI

Les clients d’Hydro-Québec paieront près de 10,2 milliards $ en surcoût tarifaire d’ici 2026 en raison de contrats à long terme d’achat d’électricité éolienne, biomasse et autres énergies alternatives, selon une projection effectuée par «Le Journal de Montréal».

«Les gouvernements ont utilisé le secteur énergétique comme un outil de développement économique avec des conséquences catastrophiques pour les consommateurs, pour satisfaire des motivations politiques», déplore l’analyste en énergie Jean-François Blain.

À LIRE ÉGALEMENT

Des millions $ qui s’écoulent en pure perte

«On ne peut pas faire pire»

Hydro-Québec se retrouve aujourd’hui avec des surplus énergétiques alors qu’elle est forcée d’acheter de l’énergie plus coûteuse, qu’elle refile à ses clients.

«Si on voulait disqualifier l’interventionnisme de l’État dans l’économie, cet exemple est parfait. On ne peut pas faire pire», ajoute-t-il.

Au début du mois, la vérificatrice générale a révélé que l’aventure éolienne du Québec et les autres énergies alternatives avaient coûté 2,5 milliards $ en huit ans aux Québécois de 2009 à 2016.

Elle fait cette estimation en comparant l’énergie disponible dans le «bloc patrimonial», les vieux barrages qui produisent de l’électricité à moins de 3 cents le kWh, et celle qu’Hydro-Québec est forcée d’acheter en raison de décrets ministériels, produite en moyenne à plus de 9 cents le kWh.

Une bonne partie de cette électricité provient du secteur éolien.

Projections de consommation

Le Journal a repris la même méthode et s’est basé sur les projections de consommations de la Régie de l’Énergie. Ces nouveaux approvisionnements sont le fruit de contrats garantis et indexés sur 20 ans signés à la suite d’appels d’offres lancés par les gouvernements qui se sont succédé. Ces «surcoûts tarifaires» ont donc explosé pour atteindre plus d’un milliard de dollars par année.

Déjà, en 2014, Normand Mousseau, qui était président de la commission sur les enjeux énergétiques du Québec, prévenait les Québécois dans un rapport cinglant.

«C’est une subvention de développement économique qu’on fait payer aux clients d’Hydro-Québec», note M. Mousseau, professeur à l’Université de Montréal et directeur de l’Institut de l’énergie Trottier.

M. Mousseau souligne que cette somme de 10 milliards $ n’a pas disparu en fumée: elle se retrouve dans les poches des producteurs privés et contribue à l’économie des régions.

«Avant de juger, il faut voir le nombre d’emplois que ça crée», dit-il. Il ne croit cependant pas que l’opération soit rentable [voir encadré]. Le problème de cette énergie n’est pas qu’elle est trop chère, ajoute-t-il, «le problème, c’est qu’on n’en avait pas besoin».

Comptabilité

Le gouvernement Couillard défend toutefois cette politique bec et ongle. Le bureau du ministre des Ressources naturelles, Pierre Moreau, estime que les coûts présentés dans le rapport de la VG et qui ont inspiré la démarche du Journal ne sont qu’une «opération comptable» qui ne tient pas compte du développement économique régional et du développement d’une expertise québécoise.

On rappelle que l’industrie éolienne a créé 5000 emplois et offre un salaire moyen de 48 000 $, qui bénéficient à Charlevoix, la Gaspésie, la Montérégie et au Bas-Saint-Laurent.

Dans le cas des centrales à biomasse, qui coûtent plus de 100 millions $ aux clients d’Hydro-Québec, elles ont généré, en 2012, 45,4 millions $ en valeur ajoutée et soutenu 476 emplois directs et indirects, précise-t-on.

Des jobs à 200 000 $

Dans son rapport, Normand Mousseau calculait que l’appel d’offres de 800 MW de production éolienne lancé en 2013 était en fait une subvention directe de plus de 200 000 $ par emplois par année. Le salaire moyen de l’industrie éolienne est de 48 000 $ par année, selon Québec.

10,2 milliards $, c’est environ...

1,3 fois la rémunération annuelle des médecins

4,4 fois le montant des rénovations dans les écoles en 2018-2019

2,27 pipelines Trans Mountain achetés à Kinder Morgan

2,27 ponts Champlain

27 Centres Vidéotron

3 systèmes de transport structurant à Québec

Les calculs du «Journal de Montréal»

Nous avons calculé la différence entre les coûts de l’énergie provenant des blocs patrimoniaux (soit les vieux barrages hydroélectriques) et post-patrimoniaux (principalement l’éolien et la biomasse). Ce montant, ajusté annuellement en fonction de l’inflation et de la hausse prévue aux contrats d’approvisionnement, a ensuite été multiplié par l’énergie en surplus projetée par le vérificateur général.

Dans la même catégorie