/regional/quebec/quebec

Sommet du G7

Des centaines de résidences isolées à La Malbaie

Dominique Lelièvre | Agence QMI

 - Agence QMI

L’imminence du G7 est maintenant bien réelle pour les résidents de La Malbaie qui ne peuvent plus circuler librement dans un vaste périmètre de sécurité.

Depuis 7 h, lundi, il faut montrer patte blanche dans l’un des neuf points de contrôle pour entrer dans la «zone verte», un périmètre à circulation restreinte d’une vingtaine de kilomètres carrés qui ceinture le Manoir Richelieu et les environs, dont une portion de la route 362.

Une «zone rouge», encore plus étanche, encercle le site immédiat du lieu qui accueillera dès vendredi les sept dirigeants du G7.

Des centaines de résidents et de travailleurs doivent porter en tout temps une accréditation spéciale à l’intérieur du secteur, qui s’étend du sud de La Malbaie à la municipalité de Saint-Irénée. Selon la Sûreté du Québec, on y trouve 400 résidences et 60 commerces.

Avec le personnel de sécurité et les délégations du G7, ils sont désormais les seuls à pouvoir profiter des paysages bucoliques du secteur de Pointe-au-Pic, un endroit normalement très prisé des touristes.

«On s’adapte plutôt bien»

Le dispositif a de quoi impressionner les citoyens du secteur, qui voient défiler les effectifs policiers et militaires près de leur domicile. Des ballons d’observation, qui semblent équipés de caméras, ont également fait leur apparition dans le ciel.

Malgré tout, les citoyens interrogés par «Le Journal de Québec» se disaient à l’aise avec ces mesures. «On avait été briefé, on avait été mis au courant de toute la situation. C’est peut-être pour ça que l’on s’adapte plutôt bien», disait l’un des résidents affectés.

«On se sent envahi, mais on comprend que ça doit se faire, a partagé une autre résidente, Luz Maria Radilla. [...] C’est triste qu’on soit rendu là pour éviter du trouble.»

Michel Imbeault, qui habite lui aussi la «zone verte», disait pour sa part n’avoir «aucune crainte» que des manifestations violentes éclatent en marge du sommet.

Pas de surveillance active

Par ailleurs, alors que des citoyens avaient confié au «Journal de Québec» se sentir épiés, dimanche, le Groupe intégré de sécurité du G7 assure que personne ne fait l’objet d’une surveillance active. «Non, pas du tout, personne n’est sous écoute, personne n’est observé dans sa résidence», a affirmé Laurie Bergeron, agente aux relations communautaires.

Pendant ce temps, l’Hôtel de Ville de La Malbaie a commencé à installer dans ses locaux un centre des mesures d’urgence qui veillera à la sécurité des citoyens.

«Il y a un facteur qui est un peu intangible, mais à ce moment-ci, mon feeling, c’est que ça va bien aller. Ça va être un très beau sommet ici à Charlevoix et je le souhaite à Québec aussi [...]. Ce serait triste que les gens utilisent la violence pour se faire entendre», a mentionné le maire de La Malbaie, Michel Couturier.

Dans la même catégorie