/regional/troisrivieres/mauricie

Protectionnisme américain

Deux implantations majeures échappent à Trois-Rivières

Louis Cloutier

 - TVA Nouvelles

Trois-Rivières doit faire une croix sur deux implantations majeures dans le secteur aéronautique en raison de la poussée protectionniste du président Donald Trump.

Les deux projets auraient créé 400 emplois en tout dans la fabrication de pièces de moteurs d'avion et de pales d'éoliennes. Le géant General Electric aurait été associé à au moins un des deux investissements.

Selon Innovation et Développement économique Trois-Rivières, les droits de près de 300% provisoirement imposés à Bombardier l'automne dernier ont donné la frousse aux investisseurs puisque leur production à Trois-Rivières aurait ensuite été exportée vers les États-Unis. L'un d'eux a plutôt décidé d'aller établir son usine à Seattle près des usines de Boeing.

«Malheureusement,ce sont deux projets temporairement abandonnés, peut-être même définitivement», déplore le commissaire industriel Mario De Tilly.

«Ça donne le ton sur nos échanges, ajoute-t-il, entre nos entreprises qui dépendent dans certains cas du marché américain. Ça crée un niveau d'incertitude, d'inconfort qui est de plus en plus grandissant.»

Devant cette situation, IDE Trois-Rivières a réorienté sa stratégie de développement en délaissant la prospection aux États-Unis.

«Ils ne retournent même plus nos appels», révèle M. De Tilly. «Malheureusement, les Américains disent avec le président (Trump) on ne sait pas trop à quoi s'en tenir.»

Selon lui, les entreprises étrangères qui souhaitaient tirer profit du libre-échange et faire du Canada un tremplin vers le marché américain reconsidèrent également leur approche.

Dans la même catégorie