/news/currentevents

Collision avec un véhicule de police

Enquête du BEI dans le Nunavik

Agence QMI

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) devra faire la lumière sur une collision survenue le 4 avril dernier entre un véhicule du Corps de police régional de Kativik et une piétonne de 48 ans à Umiujaq dans le Nunavik.

Par communiqué mardi, le BEI a précisé que cette enquête est nécessaire puisque les blessures subies par la femme sont finalement plus importantes que le «bras cassé» qui lui avait été rapporté en avril. «La Presse» avait écrit mardi matin que la victime avait subi de multiples fractures, une perforation du poumon et des blessures aux organes vitaux.

«Suite à de nouvelles informations rapportées au BEI qui faisaient état de blessures beaucoup plus sérieuses que celles relatées le 4 avril, des démarches ont été entreprises afin de connaitre l’évolution de la situation. Ces démarches permettent aujourd’hui de conclure que la femme de 48 ans a subi des blessures graves lors de cette intervention policière», a affirmé le BEI.

À l’origine, le BEI dit avoir été informé que la femme «aurait été en possession de couteaux et aurait exprimé son intention de blesser quelqu’un». Localisée par une voiture de la police régionale de Kativik, elle se serait enfuie en courant et aurait ensuite été happée par le véhicule. Elle avait été finalement transportée d’Umiujaq à Montréal pour y être soignée.

Le BEI tentera notamment de «déterminer si les informations communiquées concernant l’événement étaient exactes».