/regional/montreal/montreal

Grève des employés d’entretien

Des équipes supplémentaires à la STM pendant le Grand Prix

Zacharie Goudreault | Agence QMI

ARCHIVES/AGENCE QMI

Le Tribunal administratif du travail (TAT) exige que des équipes d’urgence supplémentaires soient disponibles pour intervenir dans le métro cette fin semaine alors qu’une grève des heures supplémentaires de deux semaines des employés d’entretien de la Société de transport de Montréal sera déclenchée samedi.

Dans une décision rendue publique mercredi soir, le TAT a approuvé l’entente conclue la veille entre la STM et le syndicat représentant les employés d’entretien concernant les services essentiels qui devront être maintenus du 9 au 22 juin.

Pendant cette période, les quelque 2400 employés d’entretien de la STM, qui comprennent notamment des mécaniciens et des électriciens, cesseront de faire des heures supplémentaires, se limitant à 40 heures de travail par semaine.

Aucun changement temporaire de poste ne sera par ailleurs permis, sauf pour remplacer un employé absent, précise la décision, ajoutant qu’une équipe «urgence métro» devra être disponible pour intervenir dans les situations menaçant la sécurité ou la santé des clients de la STM.

Grand Prix

La décision du TAT mentionne d’ailleurs que des équipes d’urgence supplémentaires devront être déployés samedi et dimanche afin de pouvoir intervenir rapidement dans le réseau du métro alors que des milliers de touristes convergeront à Montréal pour assister au Grand Prix du Canada, une proposition qui avait été faite tant par la STM que le syndicat.

«On a encadré le Grand Prix comme si on n’était pas en grève parce qu’il y aura tellement de monde que c’est important d’encadrer ça pour assurer le service aux clients», a déclaré le président du syndicat représentant les employés d’entretien, Gleason Frenette.

La gestionnaire aux affaires publiques de la STM, Johanne Dufour, a quant à elle indiqué que des employés supplémentaires seront déployés dans le métro cette fin semaine pour éviter une longue file d’attente aux clients alors que l’achalandage du réseau pourrait augmenter considérablement pendant le Grand Prix.

Impacts majeurs

Mme Dufour a par ailleurs prévenu que les clients du réseau de bus devront faire preuve de patience au cours des deux prochaines semaines.

«On vit encore les effets [de la dernière grève des heures supplémentaires]. C’est clair que ça va se faire sentir par les usagers», a-t-elle déclaré, ajoutant que peu d’impacts sont à prévoir quant à la fréquence du métro, dont l’entretien est réalisé la nuit.

«Par contre, étant donné que le métro sera plus achalandé ce week-end [en raison du 40e Grand Prix du Canada], d’un point de vue de propreté, c’est possible que ça se fasse sentir», a laissé tomber Mme Dufour.

La dernière grève des heures supplémentaires des quelque 2400 employés d’entretien, qui a eu lieu du 7 au 12 mai, avait entraîné une réduction de la fréquence des autobus alors que 513 heures de service avaient dû être coupées aux heures de pointe du matin et du soir sur plusieurs lignes.