/regional/sherbrooke/estrie

Brome-Missisquoi

Durs moments pour le député Pierre Paradis

Natacha Lavigne | TVA Nouvelles

Le député d’expérience de la circonscription de Brome-Missisquoi, Pierre Paradis, a connu des jours plus glorieux. La majorité des citoyens du secteur rencontrés par TVA Nouvelles mercredi affirment avoir perdu foi en leur politicien.

La commissaire à l’éthique et à la déontologie, Ariane Mignolet, l’a blâmé sévèrement pour avoir payé le logement de sa fille et de son gendre dans la Capitale-Nationale avec l’argent des contribuables.

Cela n’est pas la seule tache au dossier de M. Paradis. L’an dernier, il a été démis de ses fonctions de ministre en plus d’être exclu du caucus libéral à la suite d’allégations d’inconduite sexuelle le concernant. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) l’a depuis blanchi.

Que cela ne tienne, ces derniers événements viennent ternir sa réputation.

Réplique cinglante

Le député s’est défendu férocement mardi soir, dans une longue déclaration. Selon lui, l’enquête est «surréaliste» et il accuse la commissaire d’être en conflits d’intérêts.

Pierre Paradis allègue que la plaignante à l’origine de l’enquête, celle-là même qui a déposé la précédente plainte pour inconduite sexuelle, est également une ancienne collègue de Me Mignolet, du temps où elles travaillaient toutes deux à l’Assemblée nationale.

Finalement, il persiste et signe en affirmant ne pas avoir contrevenu au code d’éthique en logeant sous le même toit que sa fille et son gendre.

Comme il n’a pas repris ses fonctions depuis l’an dernier à la suite d’une importante commotion cérébrale et qu’il refuse toutes demandes d’entrevue, impossible de savoir s’il retournera dans l’arène politique.

À quelques mois des élections, la machine à rumeurs s’emballe et veut que ce soit la sommelière Jessica Harnois qui brigue l’investiture dans ce comté.

Dans la même catégorie