/finance/realestate

En 2018

Le marché des propriétés récréatives connaîtra une croissance «saine»

Guillaume Picard | Agence QMI

 - Agence QMI

vintage door with keys in the lock

carballo - stock.adobe.com

Le marché des propriétés récréatives – lire ici les chalets – continue de croître en attirant un grand nombre de baby-boomers et la génération X.

Un sondage réalisé par Royal LePage auprès de ses courtiers immobiliers spécialisés dans ce créneau montre que le prix des propriétés récréatives devrait connaître une croissance «saine» de 2,7 %, de 2017 à 2018, au Québec.

Ainsi, le prix médian de l’agrégat – qui inclut tous les types de propriétés récréatives – passera, selon les prévisions de Royal LePage, de 282 405 $ à 290 271 $ dans la Belle Province.

«Nous croyons fermement en l’avenir du marché québécois des propriétés récréatives», a dit Phil Soper, président et chef de la direction de Royal LePage, par communiqué.

«En raison d’une économie en plein essor qui offre davantage de revenus disponibles aux familles, nous nous attendons à ce que les régions telles que Mont-Tremblant profitent d’importants volumes de ventes de chalets et une appréciation de la valeur des propriétés», a ajouté le grand patron de la bannière immobilière.

D’après Royal LePage, Mont-Tremblant demeure donc une destination de calibre international en ce qui a trait aux résidences de luxe, mais d’autres marchés sont aussi florissants, comme Petite-Nation, en Outaouais, et Memphrémagog, en Estrie, où les propriétés récréatives sont plus abordables.

Selon le sondage maison de Royal LePage, 43,8 % des répondants québécois croient que le nombre d’acheteurs cherchant à faire l’acquisition d’une propriété récréative comme première maison s’accroitra cette année, tandis que les acheteurs étrangers mettront la main sur 5 à 10 % du marché de la propriété récréative .

À l’échelle canadienne, le prix médian de l’agrégat atteindra, selon les prévisions de Royal LePage, 467 794 $, en hausse de 5,8 %.

Dans la même catégorie